les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher

Poster un message
Autorisation :Tous les membres Enregistrés peuvent poster de nouveaux sujets et des réponses sur ce forum
Nom d'Utilisateur :
Mot de Passe :
J'ai perdu mon mot de passe!
Corps du Message :

HTML est: Activé
BBcode est: Activé
[img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img]
Options : Désactiver HTML sur ce Message
Désactiver BBcode sur ce Message
Désactiver Smilies sur ce Message
Montrer la signature (Ceci peut être modifié ou ajouté à votre profil)
 -   - 

Rappel des 10 derniers messages du topic (les plus récents en haut)
Bigby
Pixel imposant
Citation :
Le 2022-07-26 08:59, Vakoran a écrit :
Tout au long de l'aventure, sans trop comprendre pourquoi, j'étais happé par le jeu, comme inexplicablement fasciné, alors que les graphismes sont parfois assez pauvres, comme tout le monde le dit (certains PNJ ont un aspect particulièrement caricatural, on dirait des dessins d'enfant maladroit).


"Tout le monde le dit"... pas à l'époque de la sortie du jeu, en tout cas : les tests import des revues de l'époque (Player One, Consoles+ et tout) mettaient les graphismes du jeu dans les points forts, trouvant qu'il avait un style charmant. Je ne sais pas d'où vient cette espèce de révisionnisme que je peux lire ailleurs parfois, soi-disant que le jeu se serait planté en dehors du Japon parce que les joueurs l'auraient trouvé moche. À côté, une série comme Pokémon reprenant un peu le même style graphique s'est tout, sauf plantée : faut croire que ce type de graphique ne rebutait pas tant que ça les joueurs.

Après, Earthbound a malheureusement salement vieilli au niveau du gameplay, et c'est pour moi la principale cause de son échec en Amérique : un machin rigide et anti-ergonomique avec des combats soporifiques, rappelant les heures les plus sombres de Dragon Quest, alors qu'à côté, il y avait les RPG Square beaucoup plus séduisants dans leur présentation et leurs combats, on pouvait difficilement s'éclater sur une purge pareille au niveau des combats et des menus. À côté, l'anecdote sur le "jeu qui pue" n'est qu'un simple détail qui pèse peu dans la balance.

Dans l'article et sur le topic, on laisse entendre qu'Earthbound se vit davantage qu'il ne se joue : c'est tout à fait vrai pour ma part car je n'ai pas supporter y jouer, mais j'ai adoré vivre cette sacrée aventure aux mains d'autres joueurs à regarder. C'est sûr qu'il a beaucoup à offrir, des idées et situations incroyables...

Vakoran
Pixel imposant
Citation :
Le 2011-07-25 13:01, Vakoran a écrit :

Je me joins aux compliments sur l'article, que j'ai eu grand plaisir à dévorer (j'adore le style de MTF). J'avais commencé un peu le jeu à l'époque où je remplissais mon romset SNES de tout ce qui passait, et où je ne prenais donc pas le temps de tout découvrir en détail... Mais il est sur ma to do list, un jour ou l'autre, je le ferai sérieusement.


11 ans plus tard.

J'ai terminé Earthbound (enfin, Mother 2 donc) après lui avoir consacré quelques heures par jour ces deux dernières semaines, sur le Nintendo Online de la Switch.

Quelle surprenante expérience ! J'ai relu l'article de MTF pour l'occasion, et il met sur mon ressenti des mots que je n'aurais jamais trouvés, étant assez mauvais pour définir et expliquer ce qui me plaît. Tout au long de l'aventure, sans trop comprendre pourquoi, j'étais happé par le jeu, comme inexplicablement fasciné, alors que les graphismes sont parfois assez pauvres, comme tout le monde le dit (certains PNJ ont un aspect particulièrement caricatural, on dirait des dessins d'enfant maladroit). Mais tout cela, étonnamment, participe de l'expérience et nourrit un sentiment étrange et puissant, qui pousse à vivre la suite.

Mention spéciale à la dernière partie du jeu : Magicant et le combat final, absolument extraordinaire. Plus que jamais, ces moments se vivent, bien plus qu'ils ne se jouent. Et on en sort bousculé, secoué, avec des questions plein la tête, mais pas comme ces œuvres qui en disent si peu qu'on se demande si elles ne vendent pas leur vacuité sous le prétexte facile de la pseudo-complexité.

Une phrase de l'article de MTF me paraît résumer tout cela parfaitement : "l'ambiance générale du jeu, [...] oscille entre la liberté d'un monde immense et l'étroitesse d'une réalité qu'il faut pulvériser."

Un très grand jeu, et pourtant je partais de loin, car je suis très las des RPG, notamment japonnais, et que l'aspect du titre, au premier abord, ne me faisait pas particulièrement envie.

Je vais voir pour Mother 3, parce que si j'en crois MTF, il FAUT le faire.

MTF
Modérateur groovy
Ça donne vachement envie ! Il faudra que je suive ça de près

Erhynn Megid
Pixel intergalactique
Un documentaire sur le phénomène Earthbound aux US par l'auteur du site Starmen.net, avec un guest pas comme les autres :


LVD
Pixel visible depuis la Lune
C'est une serie qui me tente vraiment. Mais un jour, quand je trouverai le temps...

MTF
Modérateur groovy
Si c'est le cas, désolé de t'avoir "squizé", RG. Mais on doit se compter, comme disait l'autre, sur les "doigts du pouce".

Est-ce que ça vous tente de faire un article "chorale", un peu dans le genre de Black pour le site ?

RobertGlucose
Pixel monstrueux
Il me semble en avoir pas mal parlé aussi sur le forum au moment du patch anglais, vu que je considère Mother 3 comme le meilleur RPG jamais créé.

EDIT : on était quelques-uns.

MTF
Modérateur groovy
Je ne sais pas... C'est vrai que j'ai souvent été seul ici en parlant de Mother 3 (ou même auprès d'autres potes, d'ailleurs). Je précise cependant que dans tous les Mother ont a des problèmes de scénario de ce type (les séquences finales, surtout, sont des nids à question si on y songe).

Je me dirais bien même, quelque part, que c'est voulu par Itoi, comme s'il voulait qu'on délaisse ces questions de narration pour se concentrer sur autre chose, mais je lui prête peut-être des qualités qu'il n'a pas.

En tous cas, noah, si tu te sens d'attaque pour un article (qu'on pourrait cosigner ), fais-moi signe !

noah
Pixel monstrueux
Clair que c'est un jeu qui te déclenche tout un tas d'émotions. Et je partage ton analyse, l'histoire est plausible, le rythme est tel, et les émotions tellements fortes, que tu te laisses emmener. Et j'aime bien aussi les jeux permanents dans le jeu, cet espèce de recul ironique sur le joueur (mention spéciale pour les crédits de fin qui n'arrêtent pas de te remercier, toi le joueur qui a entré son nom au démarrage de la partie, en te disant que c'était fun, et que surtout tu n'hésites pas à revenir, que tout le monde va bien.

Dans le même temps, je me dis que c'est dommage qu'un relecteur ne soit pas intervenu, histoire d'élaguer et de renforcer la cohérence d'ensemble, m'est-avis que ça n'aurait rien amoindri des impacts existants, en rendant le jeu peut être encore meilleur.

Autant les effets du type du leder man (qui effectivement te dévoile toute l'histoire en une tirade) ne me dérangent pas et me font plutôt rire, c'est plutôt le manque d'écho de cette histoire pourtant travaillée dans le reste du jeu qui m'embête.

J'ai l'impression que nous ne sommes que 2 à avoir fait ce jeu, je me trompe ?

MTF
Modérateur groovy
Les points du scénario que tu soulèves sont légitimes, noah, et pertinents : effectivement, il y a des "trous" ou des "plotholes", comme on le dit encore. Mais, à mon sens, la force de Mother 3 est précisément de faire fi de ces questionnements. Je rapprocherai bien ça de l'approche des poètes dramatiques, qui privilégient le "vraisemblable" au "vrai", le "plausible" au "possible", quitte à prendre des raccourcis ou laisser des pistes de côté. Il me semble qu'Itoi a choisi, délibérément, de se focaliser sur quelques éléments forts et signifiants (la mère, comme toujours dans les Mother, la relation entre les frères, le thème nature/industrie...) quitte à paraître rapide ou même brouillon parfois (le sonneur de cloches qui te débite toute l'histoire du jeu en une très, très longue phase de dialogue dans le dernier chapitre).

Mais rien que pour le chapitre dans le champ de tournesols, qui représente à lui seul et en quelques instants seulement l'un de mes plus grands moments de joueur - j'étais en larmes, sincèrement -, je pardonne tout.

Pour moi, et je le dirai un jour dans un article sans doute, Mother 3 est plus qu'un grand jeu. C'est à mes yeux le plus grand des jeux et je ne peux rien faire de plus, quand je me refais un RPG, de le comparer à ce dernier.




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)