les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher
Index du Forum » » Groblogs » » Groblog Vorsch: exploration du romset Game Boy
435 messages • page
1 ... 171819202122
Auteur Groblog Vorsch: exploration du romset Game Boy
Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-03 23:53
Dick Tracy
(Bandai - 1991)



Le jeu nes mettant en scène Dick Tracy était intéressant, car mélangeant phases d'actions, et enquête policière. Rien de tout ça ici, cette version game boy étant un pur jeu d'action, plutôt proche des phases d'action de l'opus nes. Le gameplay est on ne peut plus classique : un saut, un bouton de tir, servant à donner des coups de poing ou à se servir des différentes armes récupérables (bon point, ces tirs sont multidirectionnels). Au niveau de la réalisation, pas grand-chose à dire. Tout est correct, mais sans charisme : graphismes, jouabilité, animation, musiques (sauf quelques passages étrangement dissonants, semblant provenir d'un problème à la conversion des musiques nes). Cette absence de charisme est pardonnable, surtout pour un jeu de 1991. Mais le vrai problème n'est pas là...

Le problème de ce jeu, c'est le level design pas du tout équilibré. Le jeu est trop dur, avec des tendances sadiques. L'allonge du héros est ridiculement courte, des tireurs sont placés à côté des échelles ou en bouts de plateformes, à des endroits pratiquement inaccessibles, les indispensables munitions sont en nombre très limité, et le bouton choisi pour le changement d'arme, select, n'arrange pas les choses. À mon avis, il n'a pas été conçu pour être fini sans perdre de vies. Heureusement, Dick Tracy a beaucoup de points de vie, les checkpoints sont nombreux et les continus illimités. La stratégie pour passer un niveau est donc de limiter les dégâts, en avançant le plus possible sur chaque vie, en essayant d'atteindre les checkpoints proches des munitions. Ce type de progression désespérée, où l'on avance en se faisant massacrer en permanence, n'est tout simplement pas fun.

1,5/5

Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-05 00:00
Dig Dug
(Namco - 1992)



Ce Dig Dug sur game boy comporte un port de l'original, ainsi qu'un mode New Dig Dug qui est une version revisitée du hit de l'arcade.

Je ne suis pas un grand fan de Dig Dug. Les nouveautés apportées par le jeu (creuser des galeries et déclencher des chutes de rochers) y sont à mon goût sous-exploitées. Cette version gameboy n'est pas très réussie, à cause d'un défaut de programmation de l'AI qui déséquilibre le jeu. En effet, dans cette version, les monstres sont beaucoup trop agressifs. Ils quittent immédiatement leurs tunnels et ciblent directement le joueur. Une bonne partie de l'intérêt de Dig Dug, manipuler les mouvements des ennemis, est donc perdue ici.

La version remaniée, New Dig Dug, est un essai de résolution d'un problème du Dig Dug original : l'absence de variété et de design. Le but d'un niveau est maintenant de ramasser les trois clés ouvrant la porte vers le nouveau suivant. Ceci, ainsi que l'introduction de nouveaux blocs (bombes, rochers qui roulent), permet d'introduire du level design dans le jeu. Ces ajouts sont somme toute limités, et ne suffisent pas à revitaliser le titre. D'autant plus que l'IA bugguée fait des ravages ici. New Dig Dug abuse en effet de passages confinés, où il est très difficile de se défendre des assauts de monstres (qui traversent tous les obstacles). Ces possibilités de défense limitées rendent le jeu un peu fastidieux. Je me suis même retrouvé totalement coincé à un endroit, submergé par les respawn d'ennemis, sans possibilité de m'enfuir. Je retourne jouer à Boulder Dash.

2/5

Amindada
Pixel monstrueux


Score au grosquiz
1035760 pts.

Inscrit : Feb 02, 2006
Messages : 2388

Hors ligne
Posté le: 2011-02-05 11:48
Merci de poursuivre ton anthologie vorsh,
par contre tu t'est emmelé les pinceaux dans ta phrase de début pour "dig dug"

Sebinjapan
Camarade grospixelien


Joue à Disgaea (PSP)

Inscrit : May 02, 2007
Messages : 7173
De : Thionville

Hors ligne
Posté le: 2011-02-06 13:36
J'ai essayé rapidement Dexterity, Dick Tracy et Dig Dug.
J'ai pas grand chose à ajouter à ce que tu as dit, tu as bien cerné les qualités et les défauts de chaque titre. Je pensais beaucoup aimer Dexterity mais c'est vrai que ça devient vite très énervant de voir les monstres tout défaire. C'est comme quand je remet un livre en place que mon bébé a sorti d'un coté de la bibliothèque, et pendant que je fais ça, il est en train d'en sortir 2 autres à l'autre bout
Dick Tracy est quand même pas trop pourri je trouve, il fait parfois penser aux adaptation micro de Robocop. Perso je le garde de coté.
Et pour Dig Dug, j'ai failli le trouver très bien. Les items en plus apportent des variations intéressantes et le level-design est bien fichu, avec quelques pièges bien vicieux (on peut effectivement se bloquer sois-même en faisant par exemple tomber un rocher sur ennemi, mais ensuite le rocher poursuit sa course et bloque un passage). Mais le soucis que j'ai avec ce jeu concerne la maniabilité : le perso ne répond pas assez vite ni assez précisément aux changements de direction du pad, et vu la difficulté du jeu (avec ces ennemis qui ne cessent de nous traquer), ça mène vite à la catastrophe.

  Voir le site web de Sebinjapan
Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-10 22:51
Dino Breeder
(J-Wing - 1997)



Ce Dino Breeder est un tamagotchi avec en plus un petit élément RPG. On doit s'occuper d'un bébé dinosaure, qui se promène de gauche à droite. On peut lui donner à manger (3 types de nourriture équivalents), voire le gaver (le nourrir en continu) ce qui est la bonne méthode pour booster ses points de vie. Il faut aussi réagir aux diverses difficultés que rencontre le dino, par exemple utiliser le ventilateur quand il a trop chaud (j'aurais tout vu...).

D'autres dinosaures se trouvent dans le décor, et il faut les combattre pour augmenter suffisamment ses stats pour survivre aux combats imposés. Le combat se déroule tout simplement avec des lancers de dés, d'où une part d'aléatoire importante.

Ce jeu est parti d'une bonne idée d'un commercial, et visiblement les développeurs ont tellement aimé l'idée qu'ils se sont dit que ce n'était pas la peine de faire un jeu derrière. Les possibilités d'interactions sont ridicules par rapport à ce que propose la concurrence (dont Animal Breeder des mêmes auteurs), et techniquement le tout est très faible (voire franchement laid), malgré des sprites de bébés dinos plutôt mignons. Ainsi, les différents dinosaures proposés au joueur ont tous les mêmes caractéristiques ! Un non-jeu, existant uniquement pour son potentiel marchand. Le plus triste, c'est qu'ils ne se sont pas trompés, car commercialement le jeu s'en est bien sorti.



Dino Breeder 2
(J-Wing - 1998)



Je trouvais les développeurs du premier Dino Breeder fainéants, et bien ils ont réussi à faire pire pour la suite. Ce second Dino Breeder est presque identique au premier. Le gameplay n'a pas changé, et presque tous les graphismes/musiques ont été conservés. Le jeu est donc une sorte d'hybride tamagotchi/RPG, aux possibilités d'actions et d'interactions ridicules. Si le jeu original était bon, j'aurais pu comprendre, mais là il y aurait eu tellement de choses à rajouter pour rendre ce jeu intéressant !

Tout de même, un détail nouveau à signaler : il y a plus de dinosaures en arrière-plan, et donc plus de possibilités de combattre et de gagner des stats. À la fin de mon rapide test, en un tour d'attaque, je faisais 5 fois plus de dégâts que le nombre de points de vies adverse ! Résultat : on s'ennuie encore plus...

Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-15 00:02
Dirty Racing
(Gremlin Interactive - 1993)



Dirty Racing est un jeu de course en vue de dessus. La conduite est basique, peu technique, les routes sont larges, et les véhicules bien maniables, ce qui ne rend pas le jeu facile ou creux pour autant. Cela permet au contraire de se concentrer sur la véritable difficulté : les dépassements. En effet, les voitures sont larges, et les collisions sont très pénalisantes, donc il faut ruser pour grappiller des places. On dispose dès le début de la course d'une certaine dose de nitro, qui fait partir la voiture dans des accélérations fulgurantes, et est indispensable pour arracher la première place. En fonction de sa performance, on récolte des sous permettant d'améliorer (et de réparer) sa voiture entre les courses. La structure du jeu est représentée par une carte du monde, avec de multiples embranchements, et l'on est libre de choisir quelles courses disputer avant d'attaquer le trophée final.

Il y a de très bonnes choses dans ce Dirty Racing. Ainsi, les courses sont dynamiques, avec des tracés nerveux et une grande quantité de dépassements et de coup bas (même entre CPUs). Par moment, ça ressemblerait presque à des autos tamponneuses. Le mode de jeu principal est intéressant, car il demande au joueur de planifier ses décisions, les courses sont très nombreuses (une trentaine), d'autant plus que le choix de la difficulté modifie en conséquence les courses.

Il a aussi quelques défauts, notamment l'absence de différents modes de jeu. Un mode course rapide était nécessaire, pour pouvoir profiter des dernières courses sans tout débloquer ! Ce qui me gêne surtout, c'est quelques problèmes d'équilibrages. Au début du jeu, la voiture est poussive, ralentit fortement à chaque collision, et sortir vivant des premières courses est difficile (quelle que soit la difficulté choisie). Par contre, quand on a suffisamment amélioré le moteur et l'accélération, notre bolide devient inarrêtable. On va presque aussi vite que les concurrents en mode nitro, trop vite, et à cause de ça on fonce dans tous les murs... pour redémarrer à fond aussitôt. Le seul moment du jeu où la conduite est réellement agréable, c'est le milieu de partie.

3/5

Sebinjapan
Camarade grospixelien


Joue à Disgaea (PSP)

Inscrit : May 02, 2007
Messages : 7173
De : Thionville

Hors ligne
Posté le: 2011-02-17 11:36
J'ai essayé ce Dirty Racing en vitesse. J'aime bien. En fait le début est intéressant aussi, justement parce que c'est dur. Enfin, on peut finir 3ème pour se qualifier, donc il n'y a pas obligation d'être tout le temps 1er non plus.

Tu as vu qu'il y a des "murs" autour du circuit qui clignotent parfois ? En les touchant tu peux gagner des bonus comme de l'argent ou bien être téléporté en 1ère position !

  Voir le site web de Sebinjapan
Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-18 00:47
J'ai remarqué les murs clignotant. S'en servir est difficile est hasardeux, et je préfère donc les ignorer totalement quand je joue. C'est pour ça que je n'en ai pas parlé.

Tu as visiblement testé le jeu en facile. Effectivement, dans cette difficulté, les premières courses sont difficiles mais restent intéressantes (avant que le jeu ne devienne désespérément facile). Dans les modes de difficultés supérieurs, ça devient complètement abusif, avec des adversaires aux voitures deux fois plus puissante que celle du joueur.



Dodge Boy
(Tonkin House - 1991)



Il y a une chose qu'on ne peut pas enlever à ce jeu de Dodge Ball : il est très correctement réalisé. La petite musique est entraînante, on a droit à des animations pendant les menus et au cours des matchs. En bref, c'est un travail de programmation sérieux. C'est malheureusement le seul bon point d'un jeu à l'intérêt ludique plus que limité.

Le gameplay est en effet totalement creux, répétitif, et ne nécessite qu'un minimum d'implication de la part du joueur, comme souvent dans les adaptations de ce sport. Le rythme du jeu est lent, avec des matchs de plusieurs dizaines de minutes et des actions (déplacements, passes) qui s'éternisent. Le gameplay à deux boutons (passe et tir), couplé à l'absence de dynamisme, empêche de tenter quoi que ce soit pour feinter ou prendre de vitesse l'adversaire. Pour sa défense, il y a visiblement un tir spécial, mais que je n'ai pas réussi à déclencher, et qui n'a pas l'air bien efficace au vu de son utilisation par le CPU. En attaque, la seule stratégie envisageable est donc de tirer dans les tas. La partie défense est risible : on peut bien bloquer avec le joueur sélectionné, l'ennui c'est que quand l'adversaire tire, on ne voit pas qui est visé, ni quel est le joueur sélectionné...

0,5/5

Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-19 01:07
En me relisant, je me rends compte que j'ai peut-être légèrement abusé des superlatifs, dans le test suivant
Promis, ça ne se reproduira plus, sauf éventuellement pour un seul autre jeu, qui n'arrivera pas avant longtemps de toute façon...



Donkey Kong
(Nintendo - 1994)



Ce Donkey Kong commence innocemment par un remake des quatre niveaux du grand hit de l'arcade, mais à la fin du quatrième niveau, Donkey Kong s'enfuit dans une ville, puis dans une forêt, et au final pour sauver Pauline il faudra trouver des clés, sauter par dessus des trous et jeter des tonneaux dans 100 niveaux bien distincts. Les contrôles ont été assouplis et modernisés, Mario dispose pour l'occasion de nouveaux mouvements de sauts, pour une prise en main parfaite, adaptée à toutes les situations.

Toutes les astuces de design imaginables dans un jeu de plateforme sont utilisées ici. Tonneaux, interrupteurs, portes, ascenseurs, vent, rochers qui tombent, ennemis aux patterns originaux, cascades, plateformes à activer... Tout y est, les développeurs n'hésitant pas à introduire des objets pour un ou deux niveaux !

On peut donc tout créer dans ce Donkey Kong, et les designers s'en sont donné à cœur joie. Le level design est phénoménal de bout en bout. Il y a des niveaux d'action intense, des niveaux de plateforme périlleuse, de puzzle embrouillés et même quelques jolis niveaux à astuce où la solution est bien cachée. Chaque niveau apporte au moins une nouvelle trouvaille, une idée surprenante, et il n'y a rien à jeter. L'alternance entre ces différents niveaux est parfaitement calculée et donne au jeu un beau rythme, de même que le dosage de la difficulté, pour un plaisir de jeu maximal.

Techniquement, c'est encore une fois parfait. L'aire de jeu est grande et donne au tout une lisibilité exemplaire. Les sprites sont tous petits, mais paradoxalement clairs et très expressifs, en partie grâce à des animations drôles et détaillées. Le jeu capture parfaitement l'esprit graphique de l'original, en y rajoutant sa touche personnelle, et possède un charme inégalé sur game boy.

Vous l'aurez compris, ce Donkey Kong est bien plus qu'un hommage à son illustre ancêtre. Il va beaucoup plus loin, avec une profondeur rare et un souci du détail permanent (avec par exemple des petites animations amusantes tous les quatre niveaux). C'est pour moi le jeu de plateforme ultime, toutes machines confondues, la consécration d'un des genres majeurs du jeu vidéo. À faire absolument.

5/5

RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, Yoshi's Crafted World, Martian Gothic

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 24350
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2011-02-21 13:09
nop y'a pas trop de superlatifs. De toute facon ce jeu les merite ^^
_________________

Image


Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-24 00:45
On continue avec Donkey Kong.


Donkey Kong Land / Super Donkey Kong GB
(Rare Ltd. - 1995)



Ce Donkey Kong Land, fortement inspiré par Donkey Kong Country, a récupéré tous ses graphismes de cette prouesse technologique de la snes. Un choix... discutable. Tout d'abord parce que ce n'est pas beau. Sur snes, le jeu utilisait des dégradés de couleur très fins pour donner une impression de reliefs. Inutile de dire que ces dégradés passent moins bien avec quatre couleurs. Les jungles luxuriantes se transforment en bouillie de pixels, et l'on perd l'impression de 3D, ce qui donne au jeu une allure déformée un peu grotesque. De nombreuses coupes ont dû être faites au niveau de l'animation, avec un seul Kong à l'écran (et une longue animation à chaque changement, cassant un peu le rythme), et un grand nombre de frames d'animations supprimés, ce qui donne encore une fois au jeu une allure peu naturelle. Je dois évoquer également une détection des collisions douteuse, et quelques belles pointes de lag (dues... aux bananes, toutes animées).

Le pire est à venir. Les gros sprites, entraînant un scrolling rapide, et les graphismes surchargés, se marient mal avec la rémanence d'un écran game boy. Sur hardware original, dès que l'écran bouge, on ne voit plus rien. Courir est donc exclu, et en marchant on arrive à distinguer les plateformes, mais on rentre aveuglément dans tous les ennemis. Il faut donc avancer par tous petits pas pour espérer y voir quelque chose. Ce défaut tue presque à lui seul le plaisir de jouer.

C'est dommage, car le contenu était là. Mis à part quelques petites fautes de goût, le jeu n'a pas à rougir de la comparaison avec l'opus snes. Les niveaux restent dans l'esprit de Donkey Kong Country, mais leur architecture est entièrement nouvelle, variée, alternant régulièrement entre les environnements graphiques, et certains introduisent même quelques éléments de gameplay absent du jeu snes. La difficulté est élevée, mais bien dosée. Les niveaux sont encore une fois truffés de secrets, une chose qui manque à bien des jeux de plateforme sur game boy. Un effort inutile, car de toute façon, même le meilleur design du monde n'aurait pas pu sauver un jeu physiquement injouable.

2,5/5

Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-25 00:52
Donkey Kong Land 2 / Donkey Kong Land
(Rare Ltd. - 1996)



Pour la suite de la purée de pixels informe que fût Donkey Kong Land, Rare a revu sa copie, et a opéré à des coupes drastiques dans les graphismes. Les décors ont été sauvagement simplifiés (tous les effets superflus à la compréhension ont été supprimés), les couleurs éclaircies, et le nombre de sprites présent à l'écran diminué. Miracle : Donkey Kong Land 2 est parfaitement lisible, même dans le feu de l'action, et est aussi parfaitement jouable. Techniquement, c'est donc bien, même si le jeu reste plutôt laid, les graphismes n'ayant pas du tout été prévus au départ pour une monochrome. La superbe ambiance de Donkey Kong Country 2 disparaît, d'autant plus que certaines pistes musicales n'ont pas bien résisté à la conversion.

Au niveau du contenu, Rare a choisi de rester très proche de Donkey Kong Country 2. La carte du monde est la même, et les niveaux, entièrement nouveaux, reprennent toujours les thèmes et idées de leurs homologues snes. Cela a deux conséquences : la première est que ce jeu n'a strictement aucun intérêt pour un joueur ayant touché au hit snes, la seconde que certains niveaux sont clairement en dessous du lot, leur thème se prêtant mal à la conversion (à cause du champ de vision réduit, et de la limite de sprites).

Globalement, le level design est faible. Un niveau sur snes, en plus de son thème de base, regorgeait toujours de petits détails variés, ce qui donnait son charme au jeu. Rien de tout cela ici, avec des niveaux creux, contenant peu d'ennemis ou d'idées différentes. C'est la faute des limitations techniques (du petit nombre de sprites), mais surtout d'une certaine paresse des développeurs à mon avis. Le jeu n'est pas mauvais pour autant, il est très agréable à jouer et les thèmes de base des niveaux suffisant à donner du ryhtme et de la variété au jeu. Il n'empêche que l'on était en droit d'attendre bien mieux, surtout après les beaux efforts de design du premier Donkey Kong Land.

3,5/5

Sebinjapan
Camarade grospixelien


Joue à Disgaea (PSP)

Inscrit : May 02, 2007
Messages : 7173
De : Thionville

Hors ligne
Posté le: 2011-02-25 14:40
J'ai essayé le 1er DK Land et je ne l'ai pas trouvé si pénible que ça (j'ai bien aimé en fait), je n'ai eu trop de problème de lisibilité ou de rémanence. Mais j'ai testé via un émulateur sur la Dingoo et je remarque que tu précises bien "sur hardware original" dans ton post, donc peut-être est-ce l'émulation / la machine qui rendent le jeu plus pratiquable ?

  Voir le site web de Sebinjapan
Amindada
Pixel monstrueux


Score au grosquiz
1035760 pts.

Inscrit : Feb 02, 2006
Messages : 2388

Hors ligne
Posté le: 2011-02-25 17:23
La différence de qualité de l'écran joue peut être ?
En tout cas la médicorité du titre, les a sans doute motivé à faire un nouveau portage uniquement pour la game boy color (de bien meilleur qualité)

Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-02-26 01:35
Je suppose que ton émulateur colorise le jeu. Sur les machines qui colorent les jeux game boy (game boy color ou super game boy), le jeu est jouable, car les sprites ressortent plus. La qualité de l'écran joue aussi, mais la couleur est le plus important. Franchement, tu trouve que c'est facile de distinguer la silhouette de DK sur mes screens 2 et 4 en noir et blanc?

Je me rappelle d'un trajet en bus, où on m'avait prêté le jeu sur game boy frigo. Avec les mouvements du bus, les difficultés d'éclairage plus la rémanence de l'écran, j'avais été incapable de passer le moindre niveau.



Donkey Kong Land III
(Rare Ltd. - 1997)



Avec ce Donkey Kong Land III, Rare a su trouver l'équilibre entre lisibilité et qualité graphique. L'action est toujours facile à suivre, et les graphismes plus détaillés ne donnent plus l'impression d'un jeu vide. Les animations ont elles aussi bien progressé, et il n'y a plus de pistes faibles au niveau de la bande-son. Techniquement, ce Donkey Kong Land III est une réussite totale, au niveau de ce qui se fait de mieux sur game boy.

Même si les graphismes sont repris des Donkey Kong Country, tous les niveaux sont entièrement originaux. Le feeling général du titre a d'ailleurs grandement changé, malgré les nombreux éléments de design en commun. Donkey Kong Country 3 était plein à craquer de gadgets et d'objets à collecter, alors que Donkey Kong Land III est bien plus terre-à-terre, avec des niveaux somme toute très classiques, mais jamais inintéressants, grâce à un design ouvert, rempli détails et autres petits embranchements. C'est de la plateforme orientée arcade, très fluide, qui passe remarquablement bien. Le seul reproche que je lui ferais, c'est son absence de difficulté.

Il aura fallu trois essais, mais Rare a finalement réussi à créer un Donkey Kong Land réussi. Donkey Kong Land III est un excellent jeu game boy, et non plus une version édulcorée des Donkey Kong Country.

4,5/5

Chipecci
Pixel digne de ce nom



Inscrit : Jul 02, 2006
Messages : 141

Hors ligne
Posté le: 2011-02-26 09:33
Je dois être Superman mais en son temps, j'avais achevé complètement le premier DKL sur la première Game Boy, l'été de sa sortie. Je n'avais pas de SNES et je bavais devant DKC, j'attendais beaucoup de ce substitut et il m'a fait passer un bon moment.

Sur le principe, c'était une mauvaise idée : en dehors de son ambiance, qui dépend des capacités de la SNES (bande son, graphisme et surtout animation), DKC est un jeu peu intéressant. Son adaptation sur GB était donc peu pertinente mais il y avait une demande et le jeu avait le mérite de proposer des niveaux inédits et je trouve sa bande son superbe, malgré les limitations de la GB. Je me souviens encore de celle-ci, par exemple : http://www.youtube.com/watch?v=EqyyFV9XF2g

Sinon, les superlatifs ne rendent pas justice à DOnkey Kong 94 : c'est pour moi aussi un des tout meilleurs jeux de la Game Boy.

Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-03-09 23:47
Aujourd'hui, il faut lire le second test avant le premier.

Doraemon 2 - Animal Planet Densetsu
(Epoch - 1992)



À côté de ce deuxième Doraemon, le premier n'est qu'un pâle brouillon. Si le principe demeure le même (des petits niveaux de shoot ou de plateforme, reliés par une carte du monde en vue de dessus), la cohérence et le degré de soin apporté à l'ensemble sont tout autre.

Les niveaux abstraits et bouclant latéralement ont été remplacés par une carte du monde cohérente, représentant des villes, forêts, caves et rivières, dans un univers vaguement postapocalyptique. Pour ouvrir l'accès à certains endroits, il faut trouver des gadgets spécifiques, cachés dans les niveaux. Les petits niveaux eux-mêmes ont eux aussi été bien améliorés, avec une meilleure diversité (plus de plateforme et moins de shoot), plus de rythme, et quelques embryons de design.

Curieusement par contre, la jouabilité a un peu baissé. L'absence totale d'inertie, couplée à l'animation quasi inexistante, donne au jeu un feeling saccadé, mécanique, un peu désagréable. Graphiquement, c'est pas mal, mignon et bien détaillé, mais certaines expériences des développeurs (les effets de distorsion du monde sous-marin) sont douteuses au point que j'ai d'abord cru à une erreur d'émulation.

La cohérence de l'ensemble compense largement ces quelques faiblesses, et fait de ce Doraemon un excellent jeu pour enfant, qui pourrait même amuser un temps un adulte. Ce que j'aime le plus dans ce jeu, c'est son rythme global, avec ses niveaux assez courts pour ne jamais casser le sentiment d'exploration, et assez longs pour ne pas être complètement creux. Je pense que j'y reviendrai.

3/5



Doraemon Taiketsu HimitsuDougu!!
(Epoch - 1991)



Dans ce Doraemon, les niveaux, représentés en vue de dessus, contiennent des portes menant à de courtes épreuves (principalement des variantes de shmup). Quand on triomphe de ces épreuves, on gagne des objets, dont certains sont indispensables pour pouvoir ouvrir la porte menant au boss de fin de niveau.

Ce jeu n'a aucun intérêt pour un adulte. En effet, le jeu est vide, simpliste et ne possède aucun rythme, et il faut souvent attendre plusieurs secondes avant l'apparition d'un nouvel ennemi. Pour un jeune enfant, par contre, cela peut fonctionner. La difficulté est globalement bien ciblée : faible, mais jamais ridicule. Il y a un défaut tout de même : le système de power-ups est sans intérêt et totalement craqué, une arme permettant d'annihiler les boss en une seconde.

Un jeu pour enfant contenant essentiellement des phases de shoot, c'est une bonne idée, pas assez souvent exploitée à mon goût. Sauf qu'ici le shoot a visiblement été un choix de facilité, plutôt qu'un choix fait dans l'intérêt du joueur. Epoch a été paresseux, avec un jeu correct, mais se contentant du minimum syndical dans toutes les catégories.

Thezis
Pixel visible depuis la Lune



Joue à Far Cry 3

Inscrit : Jul 19, 2002
Messages : 8910
De : Bruxelles

Hors ligne
Posté le: 2011-03-10 08:20
Je suis impressionné par la finesse des graphismes des jeux Donkey Kong. C'est magnifique.
_________________

Dans la vie, il y a 3 catégorie des personnes : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter. (Anonyme)

Image


  Voir le site web de Thezis
Sebinjapan
Camarade grospixelien


Joue à Disgaea (PSP)

Inscrit : May 02, 2007
Messages : 7173
De : Thionville

Hors ligne
Posté le: 2011-03-10 11:31
Je vais essayer le second Doreamon, ça a l'air de valoir le coup d'oeil.

Vorsch, en relisant d'anciens posts, j'ai remarqué que tu avais supprimé la présentation de Adventures of Pinocchio en page 2, car tu as découvert que c'était un jeu qui n'avait pas été finalisé (ce qui explique sûrement que je sois bloqué au niveau 9) ni commercialisé.
Tu fais comme tu veux bien sûr mais je voulais te dire que je n'approuve pas ta décision
Je trouve toujours intéressant de découvrir un jeu, même s'il n'est jamais sorti. Dans le groblog Snes, j'ai traité Jellyboy 2 qui est excellent et je couvrirai aussi Starfox 2, il mérite qu'on parle de lui. Et puis moi je l'ai bien aimé cet affreux Pinocchio, même si ça n'a duré que 9 niveaux ^^

  Voir le site web de Sebinjapan
Vorsch
Pixel de bonne taille

Score au grosquiz
1037995 pts.

Inscrit : Mar 26, 2009
Messages : 310

Hors ligne
Posté le: 2011-03-11 23:59
Les graphismes des DK sont fins, c'est sûr. Magnifiques, c'est un autre problème...

Pour revenir sur Adventures of Pinocchio : je compte éventuellement parler des jeux pirates ou des protos intéressants, mais à part, sans les mélanger avec les vrais jeux.



Doraemon Kart
(Epoch - 1998)



Celui-là, c'est un cas d'école de jeu à licence bâclé. Il s'agit d'un jeu de course old-school, à la F1-Race, avec en plus quelques power-ups typiques des jeux de karts. Au menu : 5 personnages identiques, seulement 5 circuits, un clignotement à la limite de l'insupportable, une unique musique qui boucle en 15 secondes, une exploitation de la licence se limitant à un dialogue introductif avant le menu de choix des courses, une difficulté mal dosée. La conduite n'est pas fameuse. Le kart est très lent, et est incapable de prendre le moindre virage de façon satisfaisante : il faut freiner énormément, sous peine d'atterrir dans le décor. L'interactivité avec les ennemis est bien trop limitée pour un jeu de kart.

Le jeu n'est pas totalement catastrophique non plus : il reste jouable, n'est pas trop laid, et les derniers circuits sont plutôt bien conçus, avec des successions rapides de virages pas inintéressantes à négocier. Un mauvais jeu, tout simplement.

1/5


Index du Forum » » Groblogs » » Groblog Vorsch: exploration du romset Game Boy

435 messages • page
1 ... 171819202122




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)