Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
La première décennie de Sebinjapan
Date de Sortie : 1975
Systèmes : Shock
Développeur : fect Dark
Editeur : tues Ninja
Supports : tal

1) Bonjour Sebinjapan, peux-tu te présenter aux lecteurs les plus récents ?

Je vais faire court, un (long !) texte de présentation étant déjà disponible dans la partie Rédaction du site. Donc je m'appelle Sébastien Ciré, je suis né en 1975 et je vis une petite vie tranquille avec une femme et un bébé merveilleux et un boulot de « salary-man » un peu pourri. Mais vaut mieux ça que l'inverse ! Quoique... vu que je passe plus de temps au boulot qu'avec ma famille... Ah merde, j'avais promis de faire court et je pars déjà en hors-sujet !
Des passions, j'en ai toujours eu des tonnes. Et dans l'ensemble j'y suis toujours resté fidèle. C'est ainsi que des années après je suis toujours accro aux BD, dessins animés ou au catch qui me faisait tant rêver quand j'étais môme (« dis papa, tu crois que Hulk Hogan il va mourir si André le géant lui tombe dessus ? »). Certaines d'entre elles sont un peu en « stand-by » depuis que mon fils est né. Ainsi, j'ai mis mes équipées sauvages en moto de côté, vu que je ne peux pas encore embarquer mon petit gars avec moi.

Et bien sûr, je suis fan de jeux vidéo depuis que je suis tout petit. Mes premières machines ont été un jeu électronique type Game and Watch nommé Sea Ranger, puis un micro-ordinateur Thomson MO6. Mais à ce moment-là tous mes amis avaient un Amstrad CPC et c'est surtout cette bécane que j'ai pratiquée.

2) Comment es-tu arrivé sur GrosPixels ?

Je ne sais plus trop. Peut-être qu'un magazine que je lisais au début des années 2000 en avait parlé en bien ? Genre Joypad ou un hors-série d'un mag PC consacré aux émulateurs ? Mais je sais pourquoi j'y suis resté ! La qualité bluffante des articles, d'une part, et le fait que le site, très léger et dépourvu de publicités envahissantes, était facilement navigable sur mon PC vieillot et dépourvu de connexion ADSL à une époque où les autres sites ramaient à mort. D'ailleurs, à cause de cette même connexion analogique, je n'allais jamais sur le forum, consacrant mon précieux (et onéreux) temps en ligne au contenu principal du site : les articles et les grosmix.

NdT : La Super Nintendo, Seb il l'a dans la pô...
... et elle lui mange dans la main (bon j'arrête)

3) Comment as-tu intégré l'équipe/as-tu décidé d'écrire pour le site ?

Vers 2006/2007, j'ai déménagé et enfin eu accès à une connexion Internet à haut débit (eh oui, 2006, c'est tard ! Vive la campagne lorraine !). J'ai commencé à passer plus de temps sur Internet et à participer de plus en plus au forum de GP. Je me suis alors lancé dans un projet qui a pu sembler fou à certains mais, qui pour moi ne consistait qu'à étaler en public quelque chose que je faisais déjà en privé ; il s'agissait (et il s'agit encore au moment où j'écris ces lignes, c'est pas terminé !) de jouer à chaque jeu Super Nintendo et de poster un petit texte descriptif et appréciatif à son propos. Le projet a bien plu et l'équipe de GP m'a proposé de les rejoindre pour participer un peu plus à la vie du site. Entre-temps j'avais commencé à écrire quelques articles sur des jeux que j'adorais étant petit et pour lesquels il n'existait pas de textes sur le net francophone leur faisant réellement honneur. Mon premier article fut donc consacré au 5ème Axe de Loriciels.

4) Que représentait le site pour toi à l'époque et que représente-t-il aujourd'hui ?

À l'époque et encore aujourd'hui, GP est pour moi une référence du net francophone pour le nombre et la qualité de ses articles, et pour l'ouverture d'esprit de ses rédacteurs. C'est une mine d'informations vérifiées et de points de vue argumentés. J' y trouve de la nostalgie, de l'analyse et de la découverte. Les jeux de toutes époques et de n'importe quel genre sont traités sur un pied d'égalité. Les articles sont dans l'ensemble tous agréables à lire et à relire. Et puis le forum de GP est un lieu où l'on discute (généralement) sans s'étriper, en argumentant ses points de vue, en partageant ses découvertes (rétro ou actuelles) et en respectant ses interlocuteurs, ce qui est quand même devenu super rare sur le net (et ailleurs ...) !

5) Quels ont été tes gros coups de cœur dans ta vie de joueur, tes trois jeux préférés et pourquoi ceux-là ?

À sa sortie en 1983, Plaque Attack proposait un bonus original. Les joueurs de ce Space Invaders-like atteignant le score de 35.000 points envoyant une photo de ce résultat à Activision recevaient ce badge en récompense. Merci à Wikipedia et Atari2600.com

Définir les coups de cœur, c'est difficile. Les premiers en tout cas. Car quand j'étais gosse, je n'avais pas beaucoup de jeux et donc n'importe quel titre auquel je jouais pour la première fois me faisait un effet monstrueux, surtout quand j'arrivais à m'incruster dans un bar pour jouer sur une borne d'arcade. C'est ainsi que je me souviens très bien de mes tout premiers jeux, des machines sur lesquels ils tournaient et des personnes qui étaient avec moi quand j'y ai joué. Les lister serait inbuvable mais sachez qu'on y trouve des grands classiques comme Galaga en arcade ou Cauldron sur Amstrad CPC, mais aussi des titres obscurs comme Plaque Attack sur Atari VCS ou Super Bunny sur Apple 2 ! Bon, je vais quand même vous parler de quelques-uns de mes GROS coups de cœurs, des étapes réellement importantes dans ma vie de joueur...

On commence avec Androides sur Thomson MO5. Parce que ce clone de Lode Runner est le 1er jeu auquel j'ai joué assidûment, à la « salle informatique » de mon école primaire (classe de CM2). L'expérience était d'autant plus intense qu'elle était partagée avec mes camarades. Les Thomson MO5 étaient en fait reliés entre-eux par le « Nanoréseau » mis en place dans le cadre du plan « Informatique Pour Tous » et on pouvait éditer et sauvegarder des niveaux avec l'éditeur inclus dans le jeu, puis les faire essayer à ses amis connectés dans la même salle. Peu après, il y a Gauntlet sur Amstrad CPC : parce que c'est le premier jeu auquel j'ai joué à deux simultanément en « co-op ». Une expérience inoubliable et très marquante pour moi à l'époque. En fait, les jeux vidéo dans lesquels on s'affronte étaient souvent déclencheurs de querelles entre mes amis et moi, vu que nous étions tous une sacré bande de mauvais perdants râleurs ayant tendance à devenir dangereusement agressifs si on cumulait les défaites ! Donc, pour notre propre sécurité physique, il valait mieux qu'on soit tous dans le même camp ^^ C'est ce qu'ont permis des jeux comme Gauntlet donc, mais aussi Bubble Bobble, Batty (un casse-briques en co-op sur CPC), 1943, Double Dragon et plus tard les jeux de catch où l'on pouvait jouer en équipe. Et puis il faut que je vous parle de Zak Mc Kraken sur PC, puis Amiga : avec ses décors, ses personnages, son humour et ses énigmes, ce jeu d'aventure animé a été un régal. Je me souviens qu'à l'époque je n'avais toujours que mon Thomson MO6 vieillissant à la maison. Alors je me tapais 5 ou 6 bornes à pied chaque jour où je n'avais pas école pour aller m'incruster au bureau où bossait mon père [NdT : C'est fou, j'ai presque la même histoire avec le PC de mon père pour Dune II mais moi je n'avais que 600 mètres à faire !]. Là, dans une petite pièce à l'écart, se trouvait un vieux PC AT à écran CGA que personne n'utilisait. C'est dans cette machine que j'insérais les disquettes 5''1/4 de Zak Mc Kraken que mon cousin m'avait copiées. Plus tard, j'ai refait le jeu plusieurs fois sur mon Amiga 500. J'y ai tellement joué, en VO, que le jeu m'a permis de retenir une tonne de vocabulaire anglais (les verbes d'action, tous les objets utilisables dans le jeu...) et m'a réellement permis de devenir bon dans la maîtrise de cette langue. À partir de Zak, je suis devenu un grand fan de ce type de jeux et ai enchaîné des tonnes de point'n click.

Ah, et puis je suis obligé de citer également L'arche du Captain Blood sur Thomson MO6 : un jeu qui m'a littéralement envoûté, avec son univers de SF, ses personnages attachants, son système de dialogues, son esthétique avec ces tons bleutés... J'étais obsédé par ce jeu et tout ce qui tournait autour, à commencer par la documentation, racontant l'histoire de Bob Morlock, que j'ai lue et relue comme un roman. Et ça doit être le premier jeu qui a provoqué la « starification » de ses auteurs au sein de la presse vidéoludique française (que je lisais assidûment). Une « starification » parfaitement orchestrée par un plan de communication autour d'une secte réalisant des sacrifices rituels de matériel informatique à la gloire du dieu extra-terrestre EXXOS. J'étais fan. J'ai ensuite suivi de très près la carrière de toute cette bande d'allumés et ai découvert d'autres jeux marquants : Kult, KGB, Dune... Pffff, faut que j'arrête là, sinon je vais en endormir dans les chaumières en racontant mes souvenirs de tournois sur Kick Off 2 (Amiga), mes émotions au contact de Final Fantasy 3/6 (Snes), la tension qui régnait dans les salles d'arcade autour du phénomène Street Fighter II... et s'il en reste encore un qui ne se soit pas écroulé devant son clavier, je liste tous les jeux de catch qui m'ont fait triper !

Et puis je ne vous ai pas encore parlé de mes trois jeux préférés...

Artwork de Yoshitaka Amano

Mes trois jeux préférés ? Alors...

- Final Fantasy 6 : je ne joue plus beaucoup aux jeux de rôle japonais. Parce qu'aucun n'a jamais réussi à autant me passioner que celui-ci. Certains se sont approchés de son excellence, comme Chrono Trigger ou Suikoden 2, mais ils sont rares. La preuve : je viens de tous les citer ^^. Après FF6, difficile de ne pas toujours trouver quelque chose qui cloche dans un autre titre du genre : trop de combats, pas assez d'histoire, des héros manquant de charisme, une émotion qui passe mal... Parce que FF6 est une œuvre parfaite au sein de son genre.
- Fire Pro Wrestling Returns : parce que c'est le dernier épisode en date de ma série de jeux de catch préférée. Ah oui, le catch et moi, une sacré histoire d'amour. Presqu'autant que les jeux vidéo en fait.
- Oblivion : j'ai eu du mal à choisir mon 3ème jeu préféré, alors j'ai pris mon « jeu préféré du moment ». C'est donc le 4ème volet de la série de JDR The Elder Scrolls pour son gigantisme, son accessibilité, son univers envoûtant, et sa durée de vie infinie.

6) As-tu conservé un attachement particulier au retro gaming ? Joues-tu encore à d'anciens jeux ?

Oui, énormément. Pas forcément par nostalgie, car souvent c'est dans le but de découvrir des titres que je n'ai jamais essayés, ou dont je n'avais jamais entendu parler.

7) Même question pour les jeux actuels.

Oui, bien sûr. L'enthousiasme est toujours au rendez-vous, même si je ne suis plus l'actualité autant qu'avant par manque de temps.

Photo de famille avec la Osaka Pro-Wrestling. De haut en bas et de gauche à droite : : Ultimate Spider Jr, Miracleman (qui tient mon fils dans ses bras), Daisuke Harada, Yoshino Keigo, Kanjyuro Matsuyama et Apple Miyuki.

8) Passes-tu encore sur le site ? T'es-tu engagé auprès d'un autre site ? Voire possèdes-tu un blog sur le sujet (ou un autre) ?

Je ne me suis pas engagé auprès d'un autre site, non. Là encore, le manque de temps joue beaucoup. J'étais avant assez impliqué dans l'association AAFDP (Association Aux Frontières Du Pixel) mais l'orientation de Grospixels me convient plus. Pas de blog non (enfin si, le Grosblog des jeux Snes, mais c'est assez différent) : j'ai un peu de mal avec les outils de communication modernes : je n'ai ni téléphone portable, ni compte ouvert sur un réseau social.

9) Merci pour tout et bonne suite ! (oui, ce n'est pas une question mais bon, chacun ses défauts)

Mais ... c'est pas une question !