Le 1er site francophone consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Email Flux RSS Facebook Twitter
news
articles
dossiers
bonus
forum
liens
lexique
redaction
gromix
Quiz

Immortal 3

Compilation musicale de jeux Amiga

 

La nostalgie peut revêtir bien des formes, une odeur, une image, une photo, un goût, un son, une musique et c'est justement par l'intermédiaire de musique que je vais vous parler de nostalgie. Une nostalgie qui va sûrement toucher les seuls passionnés, joueurs depuis l'époque révolue des pixels, des scrollings et de la taille des sprites. De cette époque on garde en mémoire des parties endiablées, des moments de découverte sous un regard émerveillé, des joysticks brisés et des mélodies lancinantes, électroniques, simples et des fois majestueuses. Certaines restent gravées au plus profond de notre mémoire réveillant à coup sûr, à chaque écoute, la fibre nostalgique et des moments d'une enfance qui ne s'est pas faite que dans les cours de récré et autour de pots de confiture mais aussi autour d'un ordinateur mangeur effréné de disquettes 3 pouces et demi. Je vais donc vous parler de nostalgie et de musique, par conséquent toutes les appréciations qui vont suivre dans cette critique seront totalement subjectives et ne pourront trouver grâce ou rejet que dans votre propre oreille de passionné.


Carnet Noir

Il n'est pas commun de commencer un article de cette façon. C'est peut être même déplacé, maladroit. Mais il me semblait nécessaire de placer cet aparté en préambule plutôt qu'à la fin de l'article. Une sorte d'hommage, modeste mais réel, à deux personnes de grand talent qui ont participé à Immortal et qui ne sont plus là aujourd'hui. Emportés tous les deux par un cancer à quelques jours d'intervalle.

Richard Joseph
23 April 1953 - 4 March 2007
http://richardjose.ph/

Richard Joseph est l'un des grands noms de la musique vidéoludique. Je reviens sur sa carrière dans l'article qui va suivre. Véritable musicien technicien, il fut l'un des pionniers qui a apporté énormément à la musique numérique.

Nugel Ingo
1977 - 25 Mars 2007
http://www.nugelbrosmusic.de/html/english.html

Ingo et son frère Herring sont deux passionnés de musique qui ont composé la musique de quelques jeux PC, dont Settlers II, et des musiques de courts métrages et de pub (celle pour l'Audi-R8 a été primée en Allemagne). Ils ont composé les remix de Ghouls'n Ghosts et de Cardiaxx pour Immortal 3.

Immortal

Immortal nous offre un de ces moments de nostalgie à part et que l'on saura grandement apprécier de par sa qualité et l'originalité de son concept. Un projet de passionnés qui nous propose à l'écoute quelques unes des meilleures mélodies composée pour l'Amiga remixées, revisitées, retravaillées et ce -en grande partie- par leur propre compositeur.

Genèse d'un projet

Le projet Immortal a trouvé sa genèse dans l'esprit de Ruben Monteiro, compositeur/programmeur Portugais né en 1976. Tombé dans l'univers vidéoludique et musical avec un ZX Spectrum, il commence à composer en 1990 sous l'ère de l'Amiga avec l'aide du logiciel Sound/Noise-Tracker. Ne sachant jouer d'aucun instrument classique, n'ayant jamais appris à faire des gammes, il devient un pur musicien tracker.


Ruben Monteiro et Jan Zottmann

C'est en écoutant les premiers remix studio d'oeuvres de Chris Hülsbeck (Turrican) et Allister Brimble (Alien Breed) que Ruben Monteiro se lança dans la production du premier Immortal. Il composa lui-même 8 pistes sur les 19 que propose Immortal 1. On retrouve dans cet album sorti en 1999 beaucoup de pistes tirées de Shadow of the Beast, des arrangements de Brimble sur Superfrog et ProjectX, Leitch avec Arlequin et Utopia, Sloan et Heizmann. Le résultat est encourageant bien qu'inégal. Un jeune compositeur allemand, Jann Zottman, travaillant alors en freelance pour le label de Chris Hülsbeck synSONIQ record fut l'un des acheteurs de ce premier Immortal. L'album ne fut pas à la hauteur de ce qu'il espérait malgré l'intérêt qu'il lui portait et écrivit à Ruben Monteiro pour savoir si un deuxième album était en préparation et quels seraient les points à améliorer.

Ruben Monteiro n'étant pas intéressé dans la réalisation d'un nouvel album, Jan Zottmann se proposa pour reprendre le flambeau, ce qu'il fit. Le deuxième album se concentre sur la période 1989-1993 de l'Amiga, les reprises studio que l'on peut y trouver rassemblent les plus influents compositeurs de l'époque : Chris Hülsbeck, Andrew Barnabas, Tim Wright, Jochen Hippel et Richard Joseph pour ne citer qu'eux.


Tim Wright, Richard Joseph, Chris Hülsbeck

L'album sortira en 2002. Il faudra attendre 4 longues années pour voir finaliser le troisième Immortal, le projet européen de musique de jeu vidéo le plus ambitieux jamais réalisé. Vous pouvez trouver une interview de Jan Zottmann et Ruben Monteiro par Mahendra Tallur au sujet de la génèse du projet Immortal sur le site Obligement à cette adresse :
http://obligement.free.fr/articles/itwmonteirozottmann.php


Immortal 3



Jan Zottmann a poursuivi l'aventure Immortal aidé par Thomas Böcker du studio Merregnon (studio ambitieux dont le projet est de proposer un soundtrack -regroupant parmis les plus grands compositeurs de jeux video- d'un jeu virtuel n'existant que par sa bande son). Immortal 3 est sorti en 2006 sous le label SynSONIQ, il se présente sous la forme d'un double CD regourpant 35 titres composés ou/et arrangés par une trentaine de compositeurs que je vais essayer de vous présenter en détail. J'ai découvert des titres seulement par les morceaux studio de la compilation Immortal 3 alors que certains étaient encore bien ancrés dans ma mémoire. Afin de faire état de cette sensibilité, je donnerai un facteur nostalgie symbolisé par une petite étoile * qui suivra le titre du morceau.

Ce qui va suivre va peut être paraître un peu long mais c'est un choix délibéré tant les musiques et les compositions que je vais vous présenter sont diverses et il me semblait nécessaire de présenter un peu en détail certains compositeurs qui ont marqué cette époque. J'ai essayé de faire de cette critique une sorte de rétrospective succincte des musiques de l'époque et de ceux qui ont marqué de leur emprunte nos oreilles d'adolescents.


Premier CD

Le premier Cd nous propose pas moins de 18 titres très hétéroclites allant de l'orchestration symphonique à la musique électronique pure et dure. Commençons par Chris Hülsbeck qui nous propose trois titres dont deux morceaux tirés de Turrican 2 et 3 *. Ces deux morceaux portent la marque Hülsbeck, à savoir une musique au synthé rafraîchissante et entièrement maîtrisée. Il ne surprend pas mais ne déçoit pas non plus tant les titres sont reconnaissable et leur passage studio leur donne une seconde jeunesse.  C'est sur le thème d'Apydia * que Hulsbeck nous surprend avec une reprise orchestrale très agréable, très enlevée, qui rappellerait presque un thème tiré d'un jeu de rôle. Les cuivres bien présents au début laissent place à une belle ballade de flûtes temporisée par un piano. Superbe, Hulsbeck nous livre une autre étendue de son talent.


Turrican 2 (sur C64), Turrican 3, Apydia

Déception est le mot qui vient clôturer l'écoute de Gods *. Je l'attendais avec impatience car le thème du jeu faisait parti de ces titres qui revenaient sans peine hanter ma mémoire vidéoludique. La reprise studio du titre de Simon Rogers réalisé par Jan Zottman (désolé Jan !) et Fabian Del Priore manque singulièrement de rythme et j'avoue ne pas digérer le changement opéré dans l'intro avec cette voix étouffée qui vient nous sussurer le « into the wonderful ». Déception aussi pour la reprise de Lotus 3 de Patrick Phelan arrangé par le même duo et ce, sur les mêmes reproches, l'attente en moins vu que je ne me souvenais plus du titre original. Ils vont croire que je leur en veux mais désolé Jan ! Tu peux mieux faire !

Agréable surprise sur Theatre Of Death composé et arrangé par Mark Clarke. Bien que ne connaissant pas le jeu en lui-même ce morceau semble être un condensé de sonorités amiga-esque (désolé pour le barbarisme !) Personnellement j'adore, car en une seule écoute tout un tas d'images de jeux de cette époque se sont réveillées en moi. Je donnerai volontiers un autre coup de coeur en ce qui concerne la reprise de Ghouls'n Ghosts * (le deuxième niveau, celui des moulins il me semble). Ce titre composé par Tim Follin et arrangé par les frères Nugel -Henning et Ingo- revit avec un superbe score médiéval très enlevé, marqué et rythmé par un duo flûte-guitare maîtrisé ! Du grand art.


Lotus 3, Gods, Theatre Of Death

Alien Breed * reste un des plus beaux fleurons de l'équipe Team17. Allister Brimble lui-même nous propose cette relecture studio qui aurait mérité d'être plus surprenante. Le score initial est bien reconnaissable, mais on s'attendait peut être un peu plus de la part de Mr Brimble. Jason Page (Sensible Soccer, Flight of the Amazon Queen et Uridium 2, que l'on trouvera dans le deuxième CD) nous propose un Fire and Ice * déconcertant et rafraîchissant. Les débuts au piano classique laisse place à un grand manège musical rappelant un peu l'explosion que proposait le jeu au niveau des couleurs. Déroutant mais sympathique. Retravailler façon Jazz un des thèmes de Defender Of the Crown *, voilà ce que nous propose Arnaud Paviot et Jim Cuomo (compositeur), et force est de constater, et d'écouter par la même occasion, que Castlekeep (le thème retenu) se prête très bien au genre. Vraiment original et très plaisant.


Ghouls'n'Ghosts, Alien Breed, Fire and Ice

Revenons dans le classique avec une courte reprise d'un thème d'Ambermoon. Si vous m'autorisez une petite parenthèse ici, je glisserai juste qu'Ambermoon est la suite du très grand jeu de rôle Amberstar créé par Thalion. Il doit s'agir sans aucun doute du meilleur jeu de rôle sur Amiga, rien que ça ! Fin de la parenthèse. Revenons à cette reprise entièrement au piano par le compositeur Matthias Steinwatchs qui nous offre un très beau titre, mélancolique au possible, mais un peu court. On change totalement d'univers avec Pinball Dreams de Olof Gustafsson. Cet ancien membre d'une équipe de démo Amiga, qui a aussi participé au projet Merregnon, nous offre un enregistrement studio du thème de Pinball Dreams très techno. N'ayant pas d'affinité particulière avec ce style musical, j'avouerai juste que j'ai bien aimé. The Plague fait partie de ces jeux que je ne connais qu'en image. Il faut dire que la taille des sprites marqua particulièrement les esprits à l'époque. Ron Klaren reprend sa composition, mixe en fond guitare électrique saturée et piano, et parvient à restituer une bonne ambiance. Sympathique mais sans plus.


Defender of the Crown, Ambermoon, Pinball Dreams

Rick Hoeckmann et Hein Holt reprennent leur musique d'intro de Disposable Hero en gardant le thème très accrocheur et même les voix digitalisées. Le titre est accrocheur, agréable à l'oreille et parvient même à surprendre. La présence d'un morceau de Chaos Engine * nous donne l'opportunité d'écouter un des derniers travaux d'un grand compositeur de jeu vidéo : Mr Richard Joseph, qui nous a quitté le 7 Mars 2007. Richard Joseph a marqué d'une pierre blanche l'histoire de la réalisation sonore vidéoludique. Il fut le premier à implémenter des voix digitalisées d'acteurs dans un jeu vidéo avec Mégalomania, il fut le premier aussi à tester la musique contextuelle avec The Chaos Engine et travailla avec de nombreux artistes de l'époque tels que John Foxx pour Speedball 2 et Gods, Brian May pour Rise Of The Robots, Captain Sensible pour Sensible Soccer et Betti Boo pour Magic Pockets.


The Plague, Disposable Hero, Chaos Engine

Ce remix de Chaos Engine raisonne malheureusement comme un au revoir et nous renvoie, par son arrangement très proche des rythmes Amiga de l'époque, à des souvenirs aussi prégnants que les gâteaux de notre grand-mère. Il restera aussi immortel que les thèmes qu'il a composés. J'ai gardé mes deux gros coups de coeur pour la fin de cette critique du premier CD d'Immortal 3. Tout d'abord les deux compositions de Tim Wright, que vous devez certainement connaître par son histoire liée à celle de Psygnosis et de la grosse franchise WipeOut. Cette reprise au piano du thème d'Agony * par Tim Wright est magnifique, il se dégage de ce morceau une véritable atmosphère mélancholique, touchante, émouvante. Une énorme ballade qui ne pourra laisser personne insensible. Tim Wright surprend donc avec ce morceau, lui qui est surtout connu pour les rythmes techno de la série des WipeOut -dont le récent Wipeout Pure-, et les musiques des plus grands Psygnosis -Leander, Shadow Of The beast II, The Killing Game Show, Awesome. Il nous montre une autre facette de son talent, et d'une superbe manière. Son deuxième morceau Aquaventura a presque des sonorités de Grand Bleu, ne fuyez pas : j'ai dit presque ! Il n'en reste pas moins assez hypnotique et très Zen.


Agnoy, Aquaventura, Death Mask

On finit ce premier CD de fort belle manière avec un titre issu d'un jeu dont je ne connaissais même pas l'existence et qui se place d'emblée comme une des plus belles surprises, et un des meilleurs morceaux de l'album. Le jeu s'appelle Death Mask, et le thème choisi, composé par Matthew Owens et nommé 'Something Evil' a été arrangé par Markus Holler avec l'aide du compositeur. Cet arrangement s'avère vraiment somptueux, le mariage entre le violon, la flûte et la guitare électrique nous donne un titre unique. Le départ très doux est repris par le violon, qui laisse sa place à un magnifique solo à la guitare électrique, qui se tait pour laisser une flûte clore cette magnifique reprise. Inoubliable et vraiment grandiose !

En résumé, on retiendra de ce premier CD des compostions différentes, de styles radicalement différents ponctués par des chefs-d'oeuvre tels que Agony par Tim Wright et le somptueux Death Mask. Déception par contre sur certains titres attendus tels que le Gods de Simon Rogers.


Photo prise à la Game Convention de Leipzig en Août 2007 De gauche à droite : Allister Brimble, Olof Gustafsson, Matthias Steinwachs, Henning Nugel, Alexander Prievert, Chris Hülsbeck et Jan Zottmann


Deuxième CD

Le deuxième CD d'Immortal 3 est lui aussi rempli à craquer. 17 titres sont ici proposés à nos chastes oreilles, 17 titres que nous allons, avec plaisir, vous détailler dans la suite. On s'était quitté avec Tim Wright, nous allons le retrouver pour introduire ce second volet d'Immortal 3 avec la reprise studio du thème de Shadow Of The Beast 2*. On retouve les percussions, le rythme très tribal qui caractérise si bien l'ambiance des Shadow Of the Beast. Tim Wright nous montre encore une fois qu'il est un grand compositeur. Ork est une sorte de remake héroic fantasy de Killing Game Show. Tim Bartlett reprend sa propre composition, et autant le dire tout de suite : je n'ai vraiment pas accroché à ce score électronique. Peut être la musique du Killing Game Show est-elle trop présente dans ma tête. Le deuxième CD nous propose aussi Speedball 2* composé par Simon Rogers et interprété par Christian Pignon. Il s'agit bien là du même arrangement, on ne peut donc pas être déçu : le remix est sans surprise, mais diablement efficace et nerveux. Du tout bon.


Shadow of the Beast 2, Ork, Speedball 2


And now something complety different ! On a eu droit à du jazz, de l'électro, du classique mais pas encore à une chanson pop assez décalée ! C'est chose faite avec Trolls, composé par Philip Nixon et arrangé par Juha Kaurista. C'est décalé, fou, drôle, épatant, une très bonne surprise ! On revient à de la musique électronique pure et dure avec Elfmania composé par Aleksi Eeber et arrangé par Hannu of Hursin. Le titre est rapide nerveux, très techno dans son approche, mais offre une réinterprétation agréable. A noter qu'Aleksi Eeber est issu lui aussi de la grande scène des démo makers Amiga des pays nordiques, comme un certain Jesper Kydd.

Allister Brimble revient sur ce second CD avec un autre titre de sa grande discothèque, Overdrive. Pour réparer un oubli impardonnable, je vais vous dresser un rapide portrait de Mr Brimble qui commence sa -longue- carrière de compositeur en 1987 avec Thunderbirds sur Amiga pour ensuite exploser et composer prés de 200 musiques de jeux vidéo jusqu'à aujourd'hui. Dans cette liste, on retiendra les musiques de Body Blows, Alien Breed (Immortal 3), SuperFrog et celles inoubliables de Project X pour Team 17 sur Amiga (présents sur Immortal 2), la série des Xcom, Mortal Kombat 2 et Driver 1 et 2. Une brillante carrière qui malheureusement se concentre actuellement sur des titres GBA et DS de seconde zone. Autant avouer que cet enregistrement studio d'Overdrive est loin des mélodies somptueuses de Project X et déçoit un peu.


Trolls, Elfmania, Overdrive

Super Cars 2* revu par son compositeur Barry Leitch (au passage, j'apprécie vraiment son travail sur Utopia) est un titre hybride et déconcertant. Vraiment. Débutant par un rythme tranquille très Reggae, il vire ensuite dans l'électronique pure et dure au rythme beaucoup plus soutenu. Personnellement, je ne suis pas vraiment friand de ce mélange des genres, et j'aurais bien aimé écouter l'arrangement Reggae intégral qui partait très bien. Une sorte d'OSNI (Objet Sonore Non Identifié) en quelque sorte. Bjorn Lynne est lui aussi passé par la case démo makers sous le nom de Dr Awesome. Il fut le compositeur des musiques déjantées du jeu Worms et de ses séquelles. Il poursuit sa carrière en tant que musicien à part entière et a déjà sorti plusieurs albums. Il nous propose un arrangement tiré du jeu Brat *. Ballade sympathique et joyeuse sous un rythme reggae là aussi. Très agréable. Avec Uridium II, Jason Page nous propose un titre radicalement différent de Fire and Ice. On reste dans de la musique électronique marquée par de belles envolées et un rythme lancinant très sympathique. Du très bon Jason Page et un bel arrangement d'Uridium II.


Super Cars 2, Brat, Uridium II

Jochen Hippel nous propose sur ce second CD deux titres. Jochen fut le principal compositeur de Thalion, développeurs Allemands très connus et reconnus. Il a composé, entre autre, les très belles musiques de Chambers Of Shaolin, The Seven Gates of Jambala, Tangram, Wings of Death et Amberstar (je ne dirai jamais assez le plaisir que m'a procuré ce jeu de rôle à l'époque !) et les deux morceaux d'Immortal 3 sont tirés de ces deux derniers titres. Commençons par Wings Of Death, dans lequel on retrouve les sonorités très caractéristiques de Jochen Hippel dans sa grande période Thalion. Un rythme synthé très entraînant pour un morceau long, ce qui lui permet d'alterner les périodes et de proposer au final un arrangement assez riche. Un bon titre réservé par contre à ceux qui ont gardé une certaine sensibilité nostalgique. Amberstar, quant à lui, débute par une intro au piano très lente, assez mélancolique qui se voit rejoindre par un synthé pour une ambiance qui n'est pas sans rappeler Eric Serra (oui, je sais, côté référence je suis un peu court !) Un titre très calme et très agréable qui gagne en rythme vers la fin avec l'apparition de la batterie. Sympathique.


Wings of Death, Amberstar, Leander

Matthew Simmonds est aussi présent deux fois dans ce deuxième CD avec Leander (dont il n'a composé que le thème de la page de titre le reste du score étant composé par Tim Wright) et Cardiaxx. Vous connaissez surement Matthew Simmonds, surtout si je vous dis que c'est à ce Monsieur qu'on doit notamment les musiques de Diablo, Serious Sam, Warcraft II et Sudeki. Les deux titres que l'on trouve sur Immortal n'ont toutefois pas été arrangés par Matthew. Leander * a été arrangé par Juha Kauristo. L'apport de la batterie donne un dynamisme bienvenu au thème original, très fidèlement reproduit ici - une réussite, autant pour les nostalgiques que pour une première écoute. Cardiaxx, quant à lui, a été arrangé par les frères Nugel déjà à l'origine du très bel arrangement de Ghouls'n Ghosts. Et autant le dire tout de suite : ils restent sur leur excellente lancée. Une intro guitare saturée très hard rock qui amène un arrangement nerveux, rapide qui ne faiblit jamais pour notre plus grand plaisir.


Cardiaxx, No Second Prize et Pinball Fantasies

J'en arrive au gros coup de coeur de ce second CD avec No Second Prize de Matthias Steinwachs, dont l'arrangement a été appelé à juste titre « Grand Prix Of India ». Matthias Steinwachs nous avait déjà proposé l'arrangement piano d'Ambermoon sur le premier CD ; il revient ici avec un titre très new age. Une voix féminine indienne très douce vient introduire le titre, l'arrangement électronique vient après le bruit du moteur de la formule 1 du jeu d'origine. Très calme, très zen, très agréable à écouter, même sans fibre nostalgique. Personnellement, j'adore. Olof Gustafsson fait lui aussi son retour avec un nouvel arrangement sur un jeu de flipper. Pinball Fantasies reste dans une approche techno de haut vol qui ne dépareillerait pas dans la bande son d'un Wipe Out. Coup de coeur lui aussi ! Les deux derniers titres d'Immortal seront plus réservés aux nostalgiques tant leurs sonorités se rapprochent de celles que l'on rencontrait à la sortie de nos Amiga. Katakis de Darius Zendeh et Obsession « Death Run » de Per Almered ne trouveront grâce qu'auprès des nostalgiques ayant déjà joué à ces jeux.


Katakis, Obsession

Ce deuxième CD est dans la lignée du premier, proposant des titres aussi divers que variés. Je retiendrai surtout Speedball 2, No Second Prize, Pinball Fantasies et Shadow of the Beast II.


Conclusion

On arrive à l'inévitable question qui vient clore toute critique: cette compilation vaut-elle l'achat? Je répondrai oui et deux fois oui si on a connu cette ère de la micro informatique ludique. Immortal 3 marque surtout l'arrivée à la maturité du projet Immortal et se place, de par sa quantité, sa diversité et surtout sa qualité, comme le meilleur opus. Jan Zottmann travaille en ce moment sur Immortal 4, et les 2 titres que j'ai eu le plaisir d'écouter en avant première -dont celle des Voyageurs du Temps par Jean Baudlot lui-même- mettent déjà l'eau à la bouche. Merci Ruben, merci Jan pour ce formidable travail qui nous permet avec plaisir de nous replonger dans notre jeunesse et de rendre hommage -enfin- à ces compositeurs souvent méconnus. Procurez vous Immortal 3, vous ne le regretterez pas.

Site Officiel Immortal, où vous trouverez diverses informations sur les précédents Immortal et où les commander :
http://www.amiga-immortal.com/


Jarel