les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher
Index du Forum » » Jeux » » Le retour du Top 10
200 messages • page
1 ... 678910
Auteur Le retour du Top 10
Kollembole
Pixel monstrueux

Score au grosquiz
0000203 pts.

Joue à Mon Backlog Pc 2021 - Bravely Default II (Switch)

Inscrit : Feb 05, 2014
Messages : 3819
De : En Anjou

En ligne
Posté le: 2020-12-24 09:26   [ Edité le: 2020-12-24 09:26 ]
Citation :
Le 2020-12-24 00:25, LVD a écrit :

Citation :
Le 2020-12-23 17:47, bronkeykong a écrit :
Castlevania je pense que c'est mort aujourd'hui mais l'esprit de la franchise vit très bien à travers les excellents Bloodstained.


Les? Y en a qu'un seul (helas)


Heu, si trois, avec les deux épisodes en style néo-rétro, en fait.
(Peut-être plus adaptés que l'épisode phare en 2.5D, d'une certaine façon... ? )


_________________

[...]


Florent06
Gros pixel

Score au grosquiz
0001710 pts.

Joue à Demon's Souls, Doom PS3, Hotline Miami, Toy Story 3, Picross 2

Inscrit : Jun 06, 2013
Messages : 1800

Hors ligne
Posté le: 2020-12-24 23:48   [ Edité le: 2020-12-24 23:53 ]
Je pique le template aussi, c'est vrai qu'il est pratique et lisible.


Liste des jeux qui ont comptés pour moi, par ordre chronologique de découverte :

River Raid (Atari 2600) - Mon premier jeu vidéo, celui qui m'a mis le pied dedans. Je me rappelle que je n'arrivais pas à prononcer le nom de ce jeu et que je l'appelais "la rivière". J'avais dans les 6 ou 7 ans. Je me suis toujours demandé si ce jeu avait une fin, et c'est sur Grospixels que j'ai trouvé la réponse. Je joue encore très souvent à ce jeu quand j'ai le temps, et il ne m'a jamais lassé. Ce n'est pas le shoot qui a tout inventé, mais je le trouve très évolué pour un jeu d'Atari 2600.




H.E.R.O. (Atari 2600) - Mon 2ème jeu vidéo ^^ Là aussi je le trouve très évolué pour un jeu Atari 2600. Aaaah Activision, qu'est-tu devenu ? Les serpents qui sortaient des murs me donnaient la frousse à l'époque. Je ne l'ai jamais fini (tiens d'ailleurs, y'a combien de niveaux dans ce jeu ?). Je le trouve encore jouable aujourd'hui.




Super Mario Bros (Nes) - Je ne vais pas faire un long descriptif mais oui, la 1ère fois que j'ai joué à ce jeu, c'était le futur. Je n'ai pas été si épaté que ça par le scrolling (je connaissais déjà le concept du scrolling via River Raid), mais je n'avais jamais vu un jeu avec une telle variété. Même si avec le recul des années je préfère Super Mario World dans la saga des Mario 2D en terme de fun, je pense que le jeu vidéo n'aurait pas été de même si Super Mario Bros n'aurait pas existé, il a posé tellement de bases.




Teenage Mutant Hero Turtles (Nes) - Eh oui, le jeu tant décrié. Alors la nostalgie est énormément de mise pour ma part quant à ce jeu, même si je ne suis pas aveugle et que le temps passant je lui trouve plein de défauts que je ne voyais pas à l'époque. Mais je le trouve toujours bon dans l'ensemble, long et varié... 'fin on ne s'ennuie pas en y jouant, quoi. J'ai jamais compris les critiques avec le niveau de l'eau (tu te fais avoir lors de tes 1ères parties, et puis le temps de mémoriser les bombes ça passe. Et le passage où tu es obligé de te faire toucher par les algues, tu prends Raphaël ou Michaelangelo qui servent à rien et après tu changes de tortue une fois que tu es passé). Le niveau suivant est plus compliqué, mais là aussi au bout de plusieurs parties tu te repères. Ce sont vraiment les 2 derniers niveaux qui sont difficiles, avec pour l'un des ennemis qui font très mal et l'autre le fameux "couloir de la mort". Bref je kiffe toujours autant ce jeu




The Legend Of Zelda : Link's Awakening (Game Boy) - Ce n'est pas le 1er Zelda auquel j'ai joué (j'avais déjà un peu tâté du 1er et beaucoup joué au 2 et surtout au 3), mais c'est le Zelda qui m'a le plus happé, de par son univers, son non-manichéisme, son petit monde, son twist. C'est la 1ère fois que je m'attachais à des personnages virtuels. Une ode à l'enfance, dans ce qu'elle a de plus merveilleux et magique. Oubliez la version DX par contre qui est plus que dispensable. Et je n'ai toujours pas pu jouer au remake, n'ayant pas la console.




Super Mario Kart (Super Nes) - Beaucoup de souvenirs en versus, ce jeu, ça me rend vraiment nostalgique. Beaucoup de tournois organisés quand on revenait du collège chez des potes avec le mode versus des ballons. Des crises de rire, du mauvais jeu, de la mauvaise foi... J'ai des étoiles plein les yeux en y repensant.




Super Metroid (Super Nes) - N'ayant jamais joué aux précédents Metroid à l'époque, je découvrais le fait de devoir explorer d'énormes maps, de récupérer tel pouvoir ou telle capacité pour pouvoir continuer mon chemin à tel endroit où j'étais bloqué. J'aime beaucoup ce principe de jeu. Super Metroid, c'est peut-être le jeu Super Nes auquel j'ai passé le plus d'heures en solo, même si je n'ai jamais pu le finir à 100%.




Final Fantasy VII (Playstation 1) - S'il n'en fallait retenir qu'un. Le jeu qui a changé tout ce que je pensais du jeu vidéo, même si Link's Awakening avait déjà bien entamé tout ça. On peut avoir de l'empathie envers les personnages ? On peut frissonner pour les personnages ? Je ne sais plus si j'en avais déjà parlé ici, mais je voulais acheter Forsaken dans un magasin de jeux vidéo de ma ville, je n'en trouvais pas d'exemplaires et, me rappelant l'enthousiasme plus que dithyrambique d'un pote sur FF7, je l'ai pris car en occase. Au début, j'aimais pas. Bah c'est nul, les combats c'est "je te tapes, tu me tapes, je te tape, c'est à toi de me taper". Puis mon pote qui avait ce jeu m'avait déjà spoilé le twist avec Aerith. Mais un-je-ne-sais-quoi m'a fait m'accrocher. Et finalement, c'est le jeu dont je me rappellerais toute ma vie. Je n'ai jamais été plus le même. Alors oui, de nos jours je le trouve bourré de défauts. Déjà même à l'époque, je le trouvais moche. Puis le scénario, bien que très travaillé et complexe, est fouilli et souvent brouillon. Et cette traduction française de l'enfer n'arrange rien. Mais quel voyage !




Suikoden II (Playstation 1) - Alors celui-là je l'ai trouvé pas mal de temps après sa sortie, en occase à 49 ou 59 F. Inimaginable aujourd'hui vu à combien il côte. Je l'avais pris car je me rappelais d'une très bonne critique d'un lecteur dans le magazine Gameplay RPG. Alors, même encore aujourd'hui, j'ai rarement vu un jeu dont le propos est aussi intelligent que celui-ci. Une histoire d'amitié brisée sous fond de guerre. De nombreux rebondissements, coups de théâtre, trahisons. Et surtout un anti-militarisme (qui va beaucoup plus loin que "la guerre c'est mal, m'voyez !") pour un jeu totalement non-manichéen. Même Luca Blight, l'antagoniste le plus terrifiant que j'ai vu dans un jeu vidéo, a des raisons à lui de faire ce qu'il fait et une fois mort, dans une scène d'anthologie, on voit que le jeu est loin d'être fini. Comme quoi, abattre le grand méchant ne suffit pas à arrêter une guerre et la folie des hommes. Bref Final Fantasy VII est mon jeu de coeur, mais je dois reconnaître qu'il se fait totalement détruire par ce Suikoden II sous tous les points. Best game ever, comme disent les (anciens) jeunes.




Demon's Souls (Playstation 3) - Il me semble que c'est sur Grospixels que j'ai entendu parler la 1ère fois de ce jeu. Je venais d'avoir une PS3 et les nombreuses démos que j'avais essayé ne m'avaient absolument pas plus (trop de QTE, cinématiques, auto-heal, trucs chiants avec peu d'interactivité qui font passer ça pour de l'art, etc). Et enfin un jeu sans rien de tout ça, un jeu vidéo et non un vidéo-jeu. En relisant mes messages sur le topic, je vois que j'ai été très élogieux, et même si depuis c'est un peu retombé et que finalement je trouve Dark Souls vraiment meilleur, je n'oublierais pas ce jeu qui m'a tant émerveillé et mis sur le cul à l'époque.



Edith Cresson : ah mince, j'ai oublié Doom (même si je l'ai découvert assez tard). Bon tant pis.

_________________

Donner, c'est donner. Et repeindre ses volets.


LVD
Pixel visible depuis la Lune

Score au grosquiz
0021285 pts.

Joue à Aedemphia

Inscrit : Jul 18, 2002
Messages : 7930
De : Ooita, avec mer, montagnes et forets

Hors ligne
Posté le: 2020-12-25 00:23
Citation :
Le 2020-12-24 09:26, Kollembole a écrit :
Heu, si trois, avec les deux épisodes en style néo-rétro, en fait.
(Peut-être plus adaptés que l'épisode phare en 2.5D, d'une certaine façon... ? )


Je ne comptais pas les episodes "8 bits" en fait. Je ne savais meme pas qu'ils en avaient sorti un deuxieme d'ailleurs...
_________________

The fight is everything. Always seeking the next challenge. Ceremony means nothing to him


  Voir le site web de LVD
FredK
Pixel imposant


Joue à Eye of the Beholder 1

Inscrit : Oct 07, 2020
Messages : 576

Hors ligne
Posté le: 2020-12-25 11:24
H.E.R.O. m'a aussi bcp passionné à l'époque. J'y passais des heures sur C64.


_________________

On ne peut pas faire raitournelle tant qu'il y a encore des artichauts dans la banque.


  Voir le site web de FredK
RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, RE8

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 28548
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2020-12-25 11:26
Citation :
Le 2020-12-24 23:48, Florent06 a écrit :
Teenage Mutant Hero Turtles (Nes) même si je ne suis pas aveugle et que le temps passant je lui trouve plein de défauts que je ne voyais pas à l'époque.

Quels defauts oO ?
_________________

Image


François
Gros pixel


Inscrit : Dec 25, 2007
Messages : 1856
De : Paris-sur-blues

Hors ligne
Posté le: 2020-12-25 16:32
Tout plein d'excellents classiques dans ta liste, Florent : Super Mario Kart, j'ai aussi une tonne de souvenirs liés à ce jeu ! Je ne compte plus les coups de vice (donnés et reçus) en mode Battle
_________________

Image


bronkeykong
Pixel digne de ce nom



Inscrit : Dec 08, 2013
Messages : 128

Hors ligne
Posté le: 2020-12-27 17:03
Citation :
Le 2020-12-25 00:23, LVD a écrit :

Citation :
Le 2020-12-24 09:26, Kollembole a écrit :
Heu, si trois, avec les deux épisodes en style néo-rétro, en fait.
(Peut-être plus adaptés que l'épisode phare en 2.5D, d'une certaine façon... ? )


Je ne comptais pas les episodes "8 bits" en fait. Je ne savais meme pas qu'ils en avaient sorti un deuxieme d'ailleurs...


Ils sont très bons les Bloodstained 8bit. Ce ne sont pas juste des hommages polis de Castlevania 3 ils vont aussi plus loin en terme de créativité que leur illustre ancêtre, et sans son horrible difficulté. Les mecs d'Inti Creates savent ce que veulent les nostalgiques de cette époque. En tout cas dans mon cas ils visent juste. Pareil pour les très bons Blaster Master Zero.

Citation :
Le 2020-12-23 15:34, François a écrit :

@Nikeleos : Il n'y a rien de honteux à afficher essentiellement des classiques dans ton top 10. Si ces jeux ont fédéré autant de monde, marqué autant les mémoires, c'est tout sauf le fruit du hasard

Citation :
Bon, MGS avait quand même un petit défaut : j'arrivais complètement défoncé en cours le lendemain matin.


Des nuits blanches sur MGS ? Il n'est quand même pas assez long pour ça !

Autant pour FF7 j'avais découvert à mes dépends ce que c'est que de se transformer en grosse merde no life, avec une hygiène laissant à désirer, au bout de quelques jours passés scotché à l'écran, autant sur MGS je me cantonnais tranquillement à 1-2 heures quotidiennes, suffisamment riches en émotions pour ensuite éteindre la PlayStation en toute quiétude, sans sentiment de frustration.



Moi aussi j'ai passé beaucoup de temps sur MGS. Déjà c'est vrai que c'était une claque sur beaucoup de points. Perso c'était la première fois que j'entendais causer français dans un jeu. Aujourd'hui on se moque de son doublage français très Rambo premier degré mais à l'époque j'adorais ça. Et puis esthétiquement c'est un jeu sublime malgré les limitations 3D de la PS1, le ton bleuté du jeu pour souligner la froideur de l'environnement ça lui donnait une classe folle un peu comme un film de James Cameron. C'est aussi un jeu très riche avec plein d'armes, pleins de gadgets qui ouvraient des possibilités de gameplay différents. J'ai passé beaucoup de temps à tirer partout avec n'importe quel arme. C'est un peu la marque des grands jeux de donner au joueur l'envie de faire des trucs qui ne servent à rien C'est un peu la même approche de game design que pour les Zelda on te file plein d'objets qui ne servent pas forcément à grand chose mais qui sont très amusant à utiliser. Après c'est vrai que quand tu y rejoues et que tu skip toutes les cinématiques tu te rends compte que c'est pas un si gros jeu que ça et avec le recul je lui préfère MGS Missions Spéciales qui se focalise plus sur le très riche système de jeu et l'exploite à fond. Mais il y a une autre raison beaucoup plus honteuse pour laquelle j'ai passé beaucoup de temps sur ce jeu. A la fin du premier CD le jeu ne sauvegarde pas et te dis d'insérer le deuxième CD. Alors moi, très soigneusement j'éteignais ma console, je changeais de CD et je rallumais. Et en chargeant ma sauvegarde le même écran s'affiche pour me dire d'insérer le premier CD. J'avais pas la moindre idée de ce que je faisais de mal. Je suis resté bloqué des mois sans pouvoir finir le jeu à refaire encore et encore le premier CD. Aucun de mes potes n'aimait ce jeu et ne voulait y jouer du coup pas moyen de trouver ce qui n'allait pas. Ma mère avait même appelé le vendeur pour lui demander si le jeu n'était pas défectueux. Le pauvre ne comprenait où était le problème et me disait que peut être j'avais pas débloqué toutes les armes pour pouvoir avancer Ce n'est que des mois plus tard que j'ai vu un pote chez lui ouvrir tranquillement le capot de sa PS1 sans l'éteindre pour mettre un autre CD. Je lui ai dit "mais ça ne casse pas la console de faire ça?" Je me suis souvent senti idiot dans ma vie mais là ça méritait le podium

J
Pixel monstrueux


Joue à Octopath Traveler

Inscrit : Jan 20, 2004
Messages : 3348

Hors ligne
Posté le: 2020-12-27 23:31
Citation :
Le 2020-12-24 23:48, Florent06 a écrit :

H.E.R.O. (Atari 2600) - Mon 2ème jeu vidéo ^^ Là aussi je le trouve très évolué pour un jeu Atari 2600. Aaaah Activision, qu'est-tu devenu ? Les serpents qui sortaient des murs me donnaient la frousse à l'époque. Je ne l'ai jamais fini (tiens d'ailleurs, y'a combien de niveaux dans ce jeu ?). Je le trouve encore jouable aujourd'hui.


Le jeu compte 20 niveaux uniques. Au-delà, ils se répètent. J'ai découvert le jeu en 2018 dans le cadre du topic HIGH SCORE que François avait ouvert. Le jeu est vraiment bon, son gameplay bien pensé le rend encore parfaitement jouable aujourd'hui.

Citation :
Le 2020-12-24 23:48, Florent06 a écrit :
Super Mario Kart (Super Nes) - Beaucoup de souvenirs en versus, ce jeu, ça me rend vraiment nostalgique. Beaucoup de tournois organisés quand on revenait du collège chez des potes avec le mode versus des ballons. Des crises de rire, du mauvais jeu, de la mauvaise foi... J'ai des étoiles plein les yeux en y repensant.


Personnellement, c'est son mode Time Trial qui le rend à mes yeux indémodable mais une chose est sûre : ce premier Mario Kart a marqué toute une génération de joueurs. Il est encore pratiqué de nos jours, à travers un championnat du Monde annuel (axé multi-joueurs) mais aussi des classements mondiaux de Time Trial mis à jour toutes les semaines.

  Voir le site web de J
LVD
Pixel visible depuis la Lune

Score au grosquiz
0021285 pts.

Joue à Aedemphia

Inscrit : Jul 18, 2002
Messages : 7930
De : Ooita, avec mer, montagnes et forets

Hors ligne
Posté le: 2020-12-28 00:18
Citation :
Le 2020-12-27 17:03, bronkeykong a écrit :
Ils sont très bons les Bloodstained 8bit. Ce ne sont pas juste des hommages polis de Castlevania 3 ils vont aussi plus loin en terme de créativité que leur illustre ancêtre, et sans son horrible difficulté. Les mecs d'Inti Creates savent ce que veulent les nostalgiques de cette époque. En tout cas dans mon cas ils visent juste. Pareil pour les très bons Blaster Master Zero.


J'avais fait le 1er a l'epoque, que j'avais adore, et vu que je viens de decouvrir l'existence du 2eme, je vais l'acheter aussi. Mais de base, je voyais ca comme un simple "bonus" pour faire patienter les joueurs de Bloodstained, je ne pensais pas que ca se transformerait en serie a part entiere.
_________________

The fight is everything. Always seeking the next challenge. Ceremony means nothing to him


  Voir le site web de LVD
Sarugaku
Pixel de bonne taille


Score au grosquiz
0000560 pts.

Inscrit : Sep 05, 2011
Messages : 397

Hors ligne
Posté le: 2020-12-28 18:58
Parce que j'aime bien faire comme mes petits camarades (mais surtout parce qu'il est vraiment bien ce template), je le pique à mon tour.


Une liste pas forcément ordonnée, un inventaire, simplement.

Pac-Man (mini borne) - Commençons tout de même par le début, ça peut toujours être pratique. Mon premier jeu vidéo, c'était sur cette mini borne Pac Man, qui hurlait comme un sirène folle pendant toute la partie sans aucune option pour couper le son (adieu la joie des parties en cachette sous la couette que j'espérais). Deux couleurs, un petit filtre coloré sur le haut de l'écran pour créer l'illusion de deux autres couleurs sur la barre des scores, et des heures de plaisir à enchaîner les labyrinthes et à faire monter le score. Hélas, l'objet s'est perdu un jour, sans que je parvienne à me souvenir ni quand ni où.




Solstice (NES) - Un des grands souvenirs de la NES, une proposition ludique qui m'était apparue fondamentalement différente : non seulement en raison de la représentation graphique et des énigmes à base de trompe-l’œil qu'elle permet, mais aussi et surtout parce que le héros y était totalement désarmé ! Aucun combat, pas de violence, juste l'habileté à éviter les pièges et les monstres. Un parti-pris à contre-pied de ce qui se faisait ailleurs (du moins ce dont j'avais connaissance), aussi gonflé que le fait de cacher le bâton capable de vaincre l'adversaire dans son propre château. J'avais également pris le temps de dessiner consciencieusement la carte complète du château au fur et à mesure de la partie, et j'ai encore les feuilles soigneusement rangées. L'autre plaisir de ce jeu si particulier. Sa suite a par contre été une cruelle déception, ne serait-ce que parce que le héros était désormais armé, ce qui tuait tout ce que j'aimais dans son prédécesseur.




The Legend of Zelda (NES) - Mon troisième jeu, le deuxième acheté sur NES (après Super Mario Bros.), qui m'a tenu enchanté pendant une bonne année sans aucune concurrence. Un univers immense et mystérieux à découvrir en totale liberté (on ne parlait pas encore d'open world à l'époque, le marketing n'était pas encore passé par là pour inventer un nouveau mot pour désigner une chose déjà existante et connue), une carte à compléter dans la boite du jeu, une belle cartouche dorée. Du rêve à portée de manette et d'écran ! A la fin, je le faisais en deux crédits, la faute à ce scrogneugneu de niveau 6 et ses petits sorciers, qui me tuaient systématiquement. J'avais beau y aller après avoir fait le niveau 7 pour bénéficier d'un cœur en plus, rien n'y a jamais fait : toujours, je suis mort dans ce donjon. Un seul autre Zelda a réussi à me faire retrouver l'émerveillement de cet épisode fondateur : Breath of the Wild, qui n'en est ni plus ni moins la version moderne. L'apprentissage du souffle de l'aventure avec un grand A et un grand S !




Doom (PC) - Avec la FAC, j'avais pu enfin négocier l'achat d'un premier ordinateur (taper les devoirs et mémoires étant la raison officielle de l'acquisition). Tant que j'étais gamin, l'objet était persona non grata à la maison. Non que mes parents se méfiaient de la technologie, mais ils refusaient catégoriquement d'acheter un tel engin, si cher, pour jouer ("on connaît des gens qui ont acheté à leur gamin, eh bien il joue avec, et si c'est pour ça, ça ne sert à rien..." Peu importe que ce ne soit pas la seule utilisation qui en était faite, par sa seule existence ou même potentialité, elle annihilait et récusait tout le reste). Un Compaq équipé d'un 486DX2 cadencé à 66MHz, donc, trônait désormais sur mon bureau. Sans carte son (c'est important pour la suite). Et Doom a bientôt été installé sur la bête. Quelle claque ! Pas seulement en raison de sa violence cathartique, mais aussi par l'irruption de la possibilité de se déplacer dans un univers en 3D aussi somptueux... Et bien vite silencieux : en effet, pas de carte son signifiait que les premières parties se faisaient au son du speaker. Il m'a fallu quelques mois pour réunir de quoi acheter une soudblaster (et une assez petite pour tenir dans le petit espace réservé au matériel, un tiroir sous l'écran : inutile de dire que j'ai fait quelques aller-retours entre le domicile et le magasin de matériel le plus proche avant d'avoir la bonne carte en main). Simultanément, je découvrais donc le jeu PC et l'univers impitoyable du montage des éléments dans un boîtier.




Baldur's Gate (PC) - Quelques années après Doom, et sur une deuxième machine équipée celle-là d'un lecteur CD, je rencontrai mon premier RPG occidental. Et ce fut un désastre, le rendez-vous raté par excellence. Non seulement je me demandais, lors des premières (et seules) heures de jeu où cette histoire inintéressante d'acier défectueux allait me mener, mais surtout la lourdeur des règles de D&D appliquée à un jeu vidéo eu tôt fait de me rebuter (il y avait aussi la voix française d'Imoen, mais c'est une autre histoire). A ce jour, je n'ai pas encore retenté l'aventure, mais je viens de me mettre avec délice à Pillars of Eternity. Qui sait, peut-être sera-ce l'occasion d'une prochaine réconciliation ? Ce qui est certain, c'est que si je suis resté fâché avec BG, je ne le suis pas resté avec le genre CRPG lui-même, à preuve les très longues heures de plaisir passées avec Divine Divinity quelques années plus tard.




Metroid (NES) - En ces temps où Internet n'existait pas, les flyers glissés dans les boites de jeu faisaient beaucoup pour attiser la curiosité. Et parmi les clichés qui m'attiraient figuraient celui-ci, présentant une étrange statue face à un être en combinaison (spatiale ?), sur un fond noir aussi austère qu'intriguant. Et ce nom, "Metroid"... Mais qu'est-ce donc ? Il a fallu de longues années avant que je déniche la cartouche dans un magasin d'occasion parisien... pour bientôt m'apercevoir que j'allais, je m'y attendais, devoir la ramener sans avoir pu lancer le jeu. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'au moment de passer en caisse le vendeur, puisse-t-il souffrir de démangeaisons continues de la plante des pieds sans pouvoir se gratter jusqu'à la fin de ses jours, n'avait rien trouvé de mieux que de claquer très fort la boite sur le comptoir ! Frayeur !, confirmée à la maison par un petit "ding ding" dans la cartouche : un transistor quelconque s'était détaché de la plaque. Ô rage, ô désespoir, ô longues heures jusqu'au lendemain. De retour à la boutique, il y avait heureusement un autre exemplaire en rayon, et j'ai pu faire l'échange. Et découvrir, outre ce qui allait un jour devenir un genre à part entière, une ambiance spatiale étrange, à la fois zen et effrayante, un dédale de couloirs dans une planète aussi dangereuse que mystérieuse. Une qualité de contrôle du personnage qui me laissait pantois également (ajuster sa trajectoire en plein saut, se retourner) sans pour autant être parfaite (ah, ces satanés sauts successifs pour escalader les murs !)




Maniac Mansion (NES) - Oui, je sais, ce n'est pas la version que conseilleront les puristes, mais en l'absence d'un ordinateur personnel, c'est sur NES que j'ai découvert Maniac Mansion et partant le genre entier du point & click. Que dire ? Que ce soit l'humour déjanté, la quantité de combinaisons permises par les différentes équipes possibles de personnages pour résoudre les énigmes, la qualité de ces dernières, tout était réuni pour que j'adore le jeu. Et ce fut le cas. Grâce à une version un peu dégradée d'un grand classique, je suis encore aujourd'hui un grand fan du genre. Le premier contact avait pourtant été un peu mitigé, avec Shadowgate (toujours sur NES, oui). Mais Maniac Mansion m'a vite fait oublier ce premier rencard un peu raté et m'a fait comprendre que j'avais trouvé là l'un de mes genres favoris.




Resident Evil (Playstation) - Le jeu qui inventait, pour moi, l'horreur vidéoludique (certes, j’avais bien entendu parler d'Alone in the Dark, mais je n'avais jamais mis la main dessus à l'époque). Jouer dans le noir, s'arrêter angoissé au moindre bruit, faire un bond de 15 mètres dans ce foutu couloir quand les chiens débarquent, compter chaque munition, chaque cartouche d'encre pour s'assurer d'être en mesure de sauvegarder plus tard...




Metal Gear Solid (Playstation) - J'avais déjà goûté à la série via les deux épisodes NES, mais ce troisième transcendait littéralement ce qu'ils avaient commencé à installer. A la fois élégant visuellement, époustouflant artistiquement (musique, mise en scène, choix des couleurs...), le jeu se permettait en plus d'être particulièrement malin dans son approche, sa proposition de gameplay qui n'hésitait pas à briser le quatrième mur.




Super Mario Bros. (NES) - A tout seigneur tout honneur, last but not least comme on dit dans la langue de Bowie : premier jeu joué sur ma NES flambant neuve (un cadeau d'un cousin, qui me permettait enfin de braver la réticence parentale face au jeu vidéo, un truc inutile, idiot, cher...), premier jeu de plate-forme, début d'une passion qui dure encore aujourd'hui. La magie était là : contrôler ce qui s'affiche à l'écran relevait de la magie, à n'en pas douter. Pendant six mois, entre Noël et mon anniversaire, il fut la seule cartouche dans la machine. Du plaisir, des sueurs froides face à des passages difficiles, de l'exultation en les réussissant, de la frustration en ratant pour la quinze millième fois de !?*% de saut. Et un immense plaisir, une grande fierté, le jour où je feuilletais mon premier recueil de trucs et astuces acheté chez le marchand de journaux : j'avais trouvé, seul, tous les passages secrets du jeu !



Voilà, j'aurais pu et voulu en ajouter d'autres, parler également de Faxanadu (l'autre jeu cherché pendant des années après avoir vu un screen intrigant dans un flyer), de Deus Ex, de Monkey Island, de Mario Kart, de Street Fighter II, de Plansecape Torment (rendez-vous qui ne cesse, encore aujourd'hui, d'être contrarié, alors que je sais qu'il a tout pour me plaire, à commencer par son orientation dialogue plutôt que combat), de Mass Effect (le premier), de tant d'autres. Mais il a fallu choisir. Alors j'ai essayé de le faire sans (trop) tricher
_________________


Image


FredK
Pixel imposant


Joue à Eye of the Beholder 1

Inscrit : Oct 07, 2020
Messages : 576

Hors ligne
Posté le: 2020-12-28 19:27
Excellent top qui me touche personnellement.
Je suis content que Maniac Mansion apparaisse. Dans les points and click j’avais aussi été impressionné par King’s Quest IV, Zac Mac Kraken et Indy.

Belle histoire en tout cas merci pour le détail passionnant!!


  Voir le site web de FredK
Sarugaku
Pixel de bonne taille


Score au grosquiz
0000560 pts.

Inscrit : Sep 05, 2011
Messages : 397

Hors ligne
Posté le: 2020-12-28 22:52
Merci FredK

King's Quest, je n'ai fait que le 7 (The Princeless Bride), offert avec un magazine si je me souviens bien. J'avais beaucoup aimé, à la fois pour la réalisation, et pour l'humour.
Les indy, bien sûr, récupérés je ne sais plus trop comment il y a une bonne quinzaine d'années (et ajoutés récemment au backlog GOG, à refaire bientôt).
_________________


Image


jyelka
Pixel imposant


Joue à Alien isolation - Puyo Puyo Tetris

Inscrit : Mar 29, 2013
Messages : 582

Hors ligne
Posté le: 2020-12-29 10:00
J'ai publié mon top10 quelques jours plus tôt, mais les archives de facebook m'ont exhumé ce top datant de 2013 - en sept ans, je suis assez constant, mème si des revirements intéressants qui montrent que je suis moins en recherche de sensation fortes dans ma pratique du jeu video. Arrivant pas à départager certains titres proches, j'avais mis des équivalences.

TOP10 de 2013 donc
1) Final Fantasy VI (snes/gba/PS1) <--> Infinite Space (DS)
2) Super Bomberman 2 (snes)
3) Super Probotector aka Contra 3 (snes/gba)
4) F-Zero GX (NGC) <--> FlatOut 2 (PC)
5) Operation Flashpoint (PC) <--> S.T.A.L.K.E.R. (PC)
6) Ico (PS2) <--> Catherine (X360)
7) Mount and Blade (PC)
Super Aleste (snes) <--> Doom (PC/PS1)
9) Red Dead Redemption (X360) <--> GTA III (PS2)
10) Zelda A Link's awakening (GB) <--> Mystic Quest (GB)

et reminder, celui de 2020
Citation :
10/Zelda Link's awakening game boy
9/GTA III PS2
8/ Super probotector super nintendo
7/Heaven Vault PS4
6/Bushido Blade PS1
5/ Super Bomberman 2 Super nintendo[/b]
4/Civilzation II PS1 III et IV PC
3/ CatherineXbox360
2/ Doom I & IIPC PS1 Snes Xbox360 et PS4
1/ Final Fantasy VI - super nes - PS1 et GBA

  Voir le site web de jyelka
FredK
Pixel imposant


Joue à Eye of the Beholder 1

Inscrit : Oct 07, 2020
Messages : 576

Hors ligne
Posté le: 2020-12-29 11:07
Très sympa également !

Tu peux nous en dire plus sur ton expérience Mount and Blade?


_________________

On ne peut pas faire raitournelle tant qu'il y a encore des artichauts dans la banque.


  Voir le site web de FredK
Sebinjapan
Camarade grospixelien


Joue à Disgaea (PSP)

Inscrit : May 02, 2007
Messages : 7697
De : Thionville

Hors ligne
Posté le: 2020-12-29 11:32
Citation :
Le 2020-12-24 23:48, Florent06 a écrit :

Suikoden II (Playstation 1) - Alors celui-là je l'ai trouvé pas mal de temps après sa sortie, en occase à 49 ou 59 F. Inimaginable aujourd'hui vu à combien il côte. Je l'avais pris car je me rappelais d'une très bonne critique d'un lecteur dans le magazine Gameplay RPG. Alors, même encore aujourd'hui, j'ai rarement vu un jeu dont le propos est aussi intelligent que celui-ci. Une histoire d'amitié brisée sous fond de guerre. De nombreux rebondissements, coups de théâtre, trahisons. Et surtout un anti-militarisme (qui va beaucoup plus loin que "la guerre c'est mal, m'voyez !") pour un jeu totalement non-manichéen. Même Luca Blight, l'antagoniste le plus terrifiant que j'ai vu dans un jeu vidéo, a des raisons à lui de faire ce qu'il fait et une fois mort, dans une scène d'anthologie, on voit que le jeu est loin d'être fini. Comme quoi, abattre le grand méchant ne suffit pas à arrêter une guerre et la folie des hommes. Bref Final Fantasy VII est mon jeu de coeur, mais je dois reconnaître qu'il se fait totalement détruire par ce Suikoden II sous tous les points. Best game ever, comme disent les (anciens) jeunes.


Que c'est bien dit, je suis tellement d'accord. Je ne sais plus si on en avait parlé sur GP, mais tu devrais faire le III si tu n'en as pas eu l'occasion jusqu'ici. Ne t'arrête pas à la 3D et aux canards, le jeu est vraiment bien, et scénaristiquement s'appuie toujours sur les événements et les personnages des 2 premiers épisodes.
D'ailleurs je m'aperçois que tu ne parles à aucun moment du 1er épisode, donc je suppose que tu ne l'avais pas fait ? Et que tu n'avais pas non plus la sauvegarde qui débloque certains événements de Suikoden 2 ? Pour vraiment apprécier le 3ème épisode à sa juste valeur, je recommande de faire d'abord Suikoden 1 et 2, mais aussi SuikoGaiden 1 et 2, deux visual novels PS1 à l'époque restés exclusifs au Japon, mais depuis traduits par les fans.

  Voir le site web de Sebinjapan
François
Gros pixel


Inscrit : Dec 25, 2007
Messages : 1856
De : Paris-sur-blues

Hors ligne
Posté le: 2020-12-29 17:30
Citation :
Le 2020-12-28 18:58, Sarugaku a écrit :

Maniac Mansion (NES) - Oui, je sais, ce n'est pas la version que conseilleront les puristes, mais en l'absence d'un ordinateur personnel, c'est sur NES que j'ai découvert Maniac Mansion et partant le genre entier du point & click. Que dire ? Que ce soit l'humour déjanté, la quantité de combinaisons permises par les différentes équipes possibles de personnages pour résoudre les énigmes, la qualité de ces dernières, tout était réuni pour que j'adore le jeu. Et ce fut le cas. Grâce à une version un peu dégradée d'un grand classique, je suis encore aujourd'hui un grand fan du genre. Le premier contact avait pourtant été un peu mitigé, avec Shadowgate (toujours sur NES, oui). Mais Maniac Mansion m'a vite fait oublier ce premier rencard un peu raté et m'a fait comprendre que j'avais trouvé là l'un de mes genres favoris.



Ce qui est divin dans cette version, c'est que Nintendo s'est acharné à y censurer les trucs les plus anodins et à chercher la petite bête là où il n'y en avait pas... tout en laissant au joueur la possibilité de passer le hamster au micro-ondes
_________________

Image


Nikeleos
Pixel imposant


Joue à Street Of Rage 4 - Astro Boy GBA

Inscrit : Apr 21, 2006
Messages : 652

Hors ligne
Posté le: 2020-12-30 14:19   [ Edité le: 2020-12-30 14:22 ]
Le premier Mario, le premier Zelda, le premier Metroid, Metal Gear Solid, FF7, Doom... il y a des canons qui reviennent souvent.

Mon petit plaisir c'est de voir Link's awakening apparaître plus souvent que Link To The Past.
_________________

Notre génération a connu la guerre...
La guerre des machines...


François
Gros pixel


Inscrit : Dec 25, 2007
Messages : 1856
De : Paris-sur-blues

Hors ligne
Posté le: 2020-12-30 17:48
Je pense que c'est en partie lié au support : trimballer un Zelda dans sa poche (ou presque ) et pouvoir le sortir à tout moment pour s'en faire une partie, c'était juste génial, sans oublier les graphismes monochromes qui donnaient au jeu un charme fou et un cachet unique.
_________________

Image


Nikeleos
Pixel imposant


Joue à Street Of Rage 4 - Astro Boy GBA

Inscrit : Apr 21, 2006
Messages : 652

Hors ligne
Posté le: 2020-12-30 23:22
Le fait que ça soit aussi le meilleur Zelda 2D doit également y être pour quelque chose.

RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, RE8

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 28548
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2020-12-31 00:00
Et puis les gros clins d'oeil a mario moi ca m'avait fait fondre ^^
_________________

Image



Index du Forum » » Jeux » » Le retour du Top 10

200 messages • page
1 ... 678910




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)